• 29 mai 2024 11h41

Actualités et informations en temps réel

Une embarcation d' »environ 200″ migrants localisée au large des Canaries

ByECHOS DU MONDE

Juil 10, 2023

Une embarcation pouvant transporter environ 200 migrants a été localisée lundi au large des Canaries et correspondrait à celle partie du Sénégal il y a près de deux semaines, ont indiqué les sauveteurs espagnols.

« L’avion » déployé par le service espagnol de secours en mer « a localisé une embarcation qui semble être celle que nous cherchons car depuis les airs, (les sauveteurs) ont vu qu’il pourrait y avoir environ 200 personnes à bord », a dit à l’AFP une porte-parole de Salvamento Maritimo.

« Nous ne pouvons pas encore le confirmer à 100% mais il est probable que cela soit la même », a-t-elle souligné.

Selon cette porte-parole, un navire est parti de l’archipel des Canaries pour secourir cette embarcation, localisée à 71 milles nautiques au sud de l’île de Grande Canarie, et devrait mettre plusieurs heures pour les ramener sur l’archipel.

Sur demande des autorités espagnoles, un navire marchand a également mis le cap sur la zone où a été localisée l’embarcation. Les sauveteurs espagnols avaient indiqué plus tôt chercher cette embarcation portée disparue dans l’océan Atlantique.

Selon l’ONG Caminando Fronteras, qui tient ses informations des appels de migrants ou de leurs proches, l’embarcation recherchée était partie le 27 juin de la localité sénégalaise de Kafountine, située à environ 1 700 km des côtes des Canaries.

« Les familles nous ont informé de la disparition de l’embarcation dont elles n’avaient pas de nouvelles depuis plusieurs jours » et « nous avons alerté les services de secours espagnols et marocains », a indiqué la fondatrice de cette ONG, Helena Maleno, dans un message audio. Selon Caminando Fronteras, deux autres embarcations parties du Sénégal le 23 juin sont également portées disparues avec environ 120 personnes à bord au total.

« Le plus important est de retrouver ces personnes. Il y a beaucoup de personnes disparues en mer, ce n’est pas normal, nous avons besoin de plus d’avions pour les rechercher », a-t-elle déclaré à l’Associated Press. Il n’y a eu aucun contact avec les bateaux depuis leur départ, a-t-elle ajouté.

Une porte-parole du service de sauvetage maritime espagnol a déclaré que le service avait été alerté de la disparition d’un bateau le 5 juillet et qu’il était à sa recherche. Elle a ajouté qu’ils n’avaient pas connaissance des deux autres bateaux disparus.

La route migratoire de l’Atlantique est l’une des plus meurtrières au monde, avec près de 800 personnes mortes ou disparues au cours du premier semestre de cette année, selon l’organisation Walking Borders.

L’Espagne est l’une des principales portes d’entrée des migrants clandestins en Europe, même si ce pays n’est souvent qu’une étape, les migrants se rendant ensuite dans d’autres États de l’UE.

Selon les derniers chiffres du ministère espagnol de l’Intérieur, 12 704 migrants sont arrivés clandestinement en Espagne au premier semestre dont une majorité (7 213) aux Canaries, un chiffre en baisse de 11,35% par rapport à la période correspondante de 2022.

Ces dernières années, la route migratoire vers les îles Canaries a été particulièrement empruntée en raison du durcissement des contrôles en Méditerranée. Les naufrages y sont fréquents, la traversée étant particulièrement dangereuse en raison des forts courants et de l’état des bateaux.

Selon des chiffres de l’Organisation internationale des Migrations (OIM), 126 migrants sont morts ou ont disparu dans la traversée vers les Canaries de janvier à juin. Caminando Fronteras donne pour sa part le chiffre de 778 morts ou disparus.

Les bateaux qui disparaissent ne sont souvent pas répertoriés. Certains ne sont jamais retrouvés ou sont découverts à travers le monde des années plus tard. En début d’année, une enquête de l’AP a révélé qu’en 2021, au moins sept bateaux de migrants en provenance du nord-ouest de l’Afrique, qui tentaient probablement d’atteindre les îles Canaries, ont dérivé jusqu’aux Caraïbes et au Brésil.

Les bateaux partent principalement du Maroc, du Sahara occidental et de la Mauritanie, et moins du Sénégal, selon le groupe d’aide espagnol. Toutefois, depuis juin, au moins 19 bateaux en provenance du Sénégal sont arrivés aux îles Canaries.

De nombreux facteurs, tels que les économies en difficulté, le manque d’emplois, la violence extrémiste, les troubles politiques et l’impact du changement climatique, poussent les migrants à risquer leur vie sur des bateaux surchargés pour atteindre les Canaries. Le mois dernier, au Sénégal, au moins 23 personnes ont été tuées au cours de semaines de manifestations entre les partisans de l’opposition et la police.

Les fils de Daw Demba, âgés de 19 et 24 ans, sont partis sur l’un des bateaux de Mbour en juin pour tenter de sortir la famille de la pauvreté. Cette femme de 48 ans a découvert le complot secret de ses fils quelques jours avant le départ et a essayé de les convaincre de ne pas le faire, mais ils lui ont assuré qu’il n’y avait pas de danger car le capitaine avait fait le voyage en toute sécurité à plusieurs reprises, a-t-elle déclaré.

« Je désespère d’entendre la voix de mes fils. Je suis convaincue qu’ils sont toujours en vie… À chaque instant, à chaque seconde, j’y crois encore », a-t-elle déclaré, en larmes, au téléphone avec AP depuis son domicile de Mbour.

Avant leur départ, elle a armé les garçons, Massou Seck et Serigne Galaye Seck, d’objets spirituels traditionnels, dont une bouteille d’eau qui avait été bénie et un papier coranique sur lequel étaient inscrits leurs noms pour les protéger.

La disparition des bateaux fait suite à l’une des noyades de migrants les plus meurtrières du mois dernier, dans laquelle plus de 500 personnes sont présumées mortes au large des côtes grecques. Les critiques se multiplient quant à l’incapacité de l’Europe, depuis des années, à prévenir de telles tragédies.

Mme Maleno, de l’organisation humanitaire espagnole, a déclaré avoir été en contact avec les marines marocaine, espagnole et mauritanienne et qu’il fallait faire davantage pour rechercher les bateaux manquants.

« Imaginez qu’il y ait 300 Américains disparus en mer. Que se passerait-il ? De nombreux avions partiraient à leur recherche », a-t-elle déclaré.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *