• 23 février 2024 18h22

Actualités et informations en temps réel

SpaceX : des employés licenciés pour des critiques contre Elon Musk ?

ByECHOS DU MONDE

Jan 5, 2024

Une agence américaine du travail a accusé SpaceX d’avoir illégalement licencié des employés qui avaient écrit une lettre ouverte critiquant le PDG Elon Musk et d’avoir donné l’impression que les activités des travailleurs étaient surveillées par la société de fusées.

Un directeur régional du National Labor Relations Board, basé à Los Angeles, a déposé mercredi une plainte qui regroupe huit accusations de pratiques déloyales de travail à l’encontre de SpaceX. Les affaires découlent des actions présumées de l’entreprise suite à la diffusion de la lettre des employés en juin 2022.

La lettre, entre autres préoccupations liées au lieu de travail, appelait les dirigeants à condamner le comportement public de M. Musk sur X – la plateforme connue à l’époque sous le nom de Twitter – et à tenir tout le monde pour responsable d’une conduite inacceptable. Les actions de M. Musk ont notamment consisté à faire la lumière sur les allégations de harcèlement sexuel dont il a fait l’objet, allégations que le milliardaire a niées.

« En tant que PDG et porte-parole le plus en vue, Elon est considéré comme le visage de SpaceX – chaque tweet envoyé par Elon est de facto une déclaration publique de l’entreprise », indiquait la lettre ouverte à l’époque. La lettre faisait également référence aux actions de Musk en tant que « source fréquente de distraction et d’embarras ».

Au total, neuf employés ont rapidement été licenciés pour leur participation à la lettre, selon un document déposé en novembre 2022 au nom de l’un des employés auprès du NLRB, bien que seuls huit d’entre eux soient inclus dans la plainte déposée mercredi.

Outre les licenciements, la plainte accuse SpaceX d’avoir interrogé d’autres travailleurs au sujet de la lettre, d’avoir annoncé que des employés avaient été licenciés pour leur participation à la lettre et d’avoir « invité les employés à démissionner s’ils n’étaient pas d’accord avec le comportement du président-directeur général Elon Musk ».

La plainte allègue également que certains ont reçu des captures d’écran de communications entre employés au sujet de la lettre, ce qui « a donné l’impression aux employés (de SpaceX) que leurs activités concertées protégées étaient surveillées ».

Réagissant à la plainte de la commission, SpaceX a poursuivi la NLRB jeudi devant un tribunal fédéral. L’action en justice affirme que la structure du NLRB est « inconstitutionnelle » et que son action contre l’entreprise est « illégale ».

En réponse à la plainte du NLRB, les avocats de SpaceX affirment que la lettre des employés a causé « une distraction importante pour les employés de SpaceX à travers le pays ». Ils affirment que les employés concernés par la lettre ont été licenciés pour avoir violé un certain nombre de politiques de l’entreprise.

L’entreprise de Hawthorne, en Californie, a jusqu’à la mi-janvier pour répondre à la plainte, selon le document déposé mercredi. La plainte constitue la première étape de la procédure judiciaire engagée par le NLRB et la recherche d’un règlement. Si aucun accord n’est trouvé, une audience est prévue le 5 mars à Los Angeles.

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *