• 27 février 2024 1h24

Actualités et informations en temps réel

Soudan : le général Abdel Fattah al-Burhane en visite à Port-Soudan

ByECHOS DU MONDE

Août 28, 2023

Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de l’armée en guerre depuis plus de quatre mois contre les paramilitaires, est arrivé dimanche à Port-Soudan, l’unique ville du Soudan à disposer d’un port et d’un aéroport en fonctionnement, selon des déclarations officielles.

Depuis le début de la guerre le 15 avril, le général Burhane, chef de facto de l’Etat depuis son putsch en 2021, était retranché au quartier général de l’armée à Khartoum, régulièrement attaqué par les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo.

D’après un communiqué des autorités soudanaises, Abdel Fattal-al Burhane a rencontré dimanche son numéro deux du pouvoir militaire, Malik Agar, et d’autres représentants du gouvernement qui ont transféré leurs opérations à Port-Soudan.

Jeudi, pour la première fois, il était apparu dans la banlieue nord de Khartoum puis à Atbara, à 300 km au nord-est de la capitale, passant en revue les troupes et saluant des civils, assurant à tous une victoire « proche ».

Alors que l’aéroport de Khartoum a été bombardé dès le premier jour du conflit, celui de Port-Soudan fonctionne encore. Outre les avions d’aide humanitaire, des compagnies privées y opèrent des voyages de et vers le Soudan.

Tous ces éléments alimentent la rumeur d’un possible déplacement du général Burhane à l’étranger. Des journalistes locaux évoquent les capitales qui pèsent dans le jeu diplomatique soudanais, notamment Le Caire, qui depuis toujours soutient l’armée, ou Ryad, qui a un temps mené avec Washington des négociations pour un cessez-le-feu.

Les combats, eux, se poursuivent. Dimanche, « des roquettes sont tombées sur des maisons, faisant cinq victimes », a affirmé à l’AFP une source médicale à Khartoum. Des habitants ont également fait état de raids aériens sur la capitale.

La guerre a fait près de 5 000 morts, selon l’ONG ACLED. Mais le bilan réel serait bien supérieur car de nombreuses zones du pays sont totalement coupées du monde et les deux camps refusent de communiquer leurs pertes.

Plus de 4,6 millions de personnes ont fui leur maison en raison des combats et plus de six millions de Soudanais sont désormais « au bord de la famine », d’après l’ONU.

La guerre et la faim menacent désormais d' »emporter » tout le Soudan et de faire basculer la région dans une catastrophe humanitaire, a alerté vendredi l’ONU, qui manque de fonds et fait face à des obstacles bureaucratiques pour acheminer l’aide.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *