• 27 février 2024 2h00

Actualités et informations en temps réel

Sénégal : manifestations à Ziguinchor avant le procès d’Ousmane Sonko

ByECHOS DU MONDE

Mai 16, 2023

Des manifestations et des affrontements ont éclaté dans la ville sénégalaise de Ziguinchor lundi, à la veille de la comparution devant le tribunal de l’opposant Ousmane Sonko dans l’affaire du viol d’Adji Sarr.

Le leader du parti Pastef doit être jugé pour viol, mais ses partisans estiment que ces convocations judiciaires sont le résultat d’un complot du pouvoir pour l’éliminer de la future élection.

« Nous sommes là aujourd’hui pour défendre la démocratie sénégalaise. Pour montrer à la face du monde que Ousmane Sonko ne peut pas constituer l’agneau de sacrifice de Macky Sall pour satisfaire ses intérêts clipto personnels. Assez, assez et assez, » explique David Diatta, maire de Kafountine.

Des foules de jeunes, pour la plupart, ont bloqué les routes de la ville de Ziguinchor, dans le sud du pays où des troncs d’arbre et des pierres ont été jeté sur les forces de l’ordre qui ont réagi en lançant avec du gaz lacrymogène.

« S’il pense qu’il peut liquider Sonko, qu’il comprenne qu’il lui faudra marcher sur des milliers et des milliers de cadavres, » ajoute le Maire.

Un agent a été accidentellement écrasé par un véhicule blindé déployé lors des manifestations et est décédé.

Les médias locaux ont rapporté que plusieurs manifestants avaient été blessés.

Une condamnation dans le procès pour viol pourrait exclure Sonko de la course présidentielle de 2024 en vertu du code électoral sur l’éligibilité des candidats.

Sonko, qui est arrivé troisième à l’élection présidentielle de 2019, est censé comparaître devant un tribunal correctionnel de Dakar mardi pour l’ouverture du procès pour viol.

Mais il a déclaré qu’il ne répondrait pas aux convocations du tribunal sans que sa sécurité soit garantie. Deux de ses avocats ont déclaré n’avoir reçu aucune convocation pour un procès.

La semaine dernière, M. Sonko a appelé ses partisans à descendre dans la rue en signe de protestation après avoir été condamné à une peine avec sursis.

Le Sénégal est traditionnellement un phare de stabilité dans l’Afrique de l’Ouest troublée, mais ces dernières années, il a été secoué par des turbulences qui ont parfois tourné au drame.

Lorsque Sonko a été arrêté en 2021, plusieurs jours de manifestations ont fait au moins 12 morts.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *