• 28 mai 2024 21h36

Actualités et informations en temps réel

Russie : Vladimir Poutine prête serment pour son 5e mandat

ByECHOS DU MONDE

Mai 8, 2024

Le président Vladimir Poutine a entamé son cinquième mandat lors d’une cérémonie d’investiture au Kremlin mardi, s’embarquant pour six années supplémentaires à la tête de la Russie après avoir détruit ses opposants politiques, lancé une guerre dévastatrice en Ukraine et concentré tous les pouvoirs entre ses mains.

Lors de la cérémonie qui s’est déroulée dans le palais doré du Grand Kremlin, M. Poutine a posé sa main sur la Constitution russe et s’est engagé à la défendre sous le regard d’une foule de dignitaires triés sur le volet.

« Nous sommes un grand peuple uni et c’est ensemble que nous surmonterons tous les obstacles, que nous réaliserons tous nos projets, c’est ensemble que nous gagnerons », a déclaré M. Poutine après avoir prêté serment.

Depuis qu’il a succédé au président Boris Eltsine aux dernières heures de 1999, M. Poutine a transformé la Russie d’un pays émergeant de l’effondrement économique en un État paria qui menace la sécurité mondiale. Après l’invasion de l’Ukraine en 2022, qui est devenue le plus grand conflit européen depuis la Seconde Guerre mondiale, la Russie a été lourdement sanctionnée par l’Occident et se tourne vers d’autres régimes comme la Chine, l’Iran et la Corée du Nord pour obtenir leur soutien.

En poste depuis près d’un quart de siècle, le nouveau mandat de M. Poutine n’expirera qu’en 2030, date à laquelle il sera constitutionnellement éligible pour se représenter.

Dans une chorégraphie très élaborée, M. Poutine a été photographié dans son bureau en train de consulter ses documents avant de marcher dans les longs couloirs du Kremlin, s’arrêtant à un moment donné pour regarder un tableau, sur le chemin de son investiture.

Sa garde d’honneur a attendu des heures sous la neige fondue et la pluie, à des températures à peine supérieures au point de congélation, tandis que M. Poutine effectuait le bref trajet jusqu’au palais du Grand Kremlin à bord de sa limousine Auras.

M. Poutine a profité des premiers instants de son cinquième mandat pour remercier les « héros » de sa guerre en Ukraine et s’en prendre à l’Occident.

La Russie « ne refuse pas le dialogue avec les États occidentaux », a-t-il déclaré. Au contraire, « le choix leur appartient : ont-ils l’intention de continuer à essayer de contenir la Russie, de poursuivre la politique d’agression, la pression continue sur notre pays depuis des années, ou cherchent-ils une voie vers la coopération et la paix ».

Il a été accueilli par des applaudissements lorsqu’il est entré dans la salle où se trouvaient plus de 2 500 invités. Parmi eux figuraient de hauts responsables du gouvernement russe ainsi que des célébrités, dont l’acteur américain Steven Seagal.

Les ambassadeurs des États-Unis et du Royaume-Uni n’étaient pas présents. L’ambassade des États-Unis a indiqué que l’ambassadrice Lynne Tracy était à l’extérieur du pays pour un « voyage personnel programmé ». L’ambassadeur de France était présent.

Une poignée d’émissaires de l’Union européenne étaient présents, bien que la recommandation ait été d’« éviter cet événement », selon le porte-parole de la Commission européenne, Peter Stano.

Une salve de 30 coups de canon a suivi les propos de M. Poutine. Il a passé en revue le régiment présidentiel sur la place des cathédrales du Kremlin, sous une légère bruine, avant de se rendre dans la cathédrale de l’Annonciation, toute proche, pour y recevoir la bénédiction du patriarche Kirill, chef de l’Église orthodoxe russe.

Au cours de cette brève cérémonie, Kirill a comparé M. Poutine au prince Alexandre Nevski, souverain médiéval qui « a courageusement défendu son peuple sur le champ de bataille ».

Il a rappelé à M. Poutine que le chef d’État devait parfois « prendre des décisions fatidiques et redoutables » qui peuvent faire des victimes, une allusion apparente aux nombreuses victimes en Ukraine, un conflit que l’Église a soutenu.

La question est maintenant de savoir ce que fera M. Poutine, âgé de 71 ans, au cours de ses six années supplémentaires au Kremlin, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Les forces russes gagnent du terrain en Ukraine, déployant des tactiques de terre brûlée alors que Kiev est aux prises avec des pénuries d’hommes et de munitions.

L’Ukraine a porté la bataille sur le sol russe en lançant des attaques de drones et de missiles, en particulier dans les régions frontalières. Dans un discours prononcé en février, M. Poutine a promis d’atteindre les objectifs de Moscou en Ukraine et de faire le nécessaire pour « défendre notre souveraineté et la sécurité de nos citoyens ».

Peu après sa réélection orchestrée en mars, M. Poutine a laissé entendre qu’une confrontation entre l’OTAN et la Russie était possible, et il a déclaré vouloir créer une zone tampon en Ukraine pour protéger son pays des attaques transfrontalières.

Le gouvernement russe a été dissous afin que Poutine puisse nommer un nouveau Premier ministre et un nouveau cabinet. Le ministère de la Défense est l’un des domaines clés à surveiller.

Le mois dernier, le vice-ministre de la Défense Timur Ivanov – un protégé du ministre de la Défense Sergei Shoigu – a été placé en détention pour corruption sur fond de rapports faisant état d’une corruption endémique. Certains analystes ont suggéré que Shoigu pourrait devenir une victime du remaniement gouvernemental, mais il s’agirait d’une décision audacieuse, alors que la guerre fait toujours rage.

Dans son pays, la popularité de M. Poutine est étroitement liée à l’amélioration du niveau de vie des Russes ordinaires. Mardi, M. Poutine a de nouveau promis aux Russes un avenir prospère, mais depuis l’invasion de l’Ukraine, nombreux sont ceux qui ont vu le coût de la vie augmenter.

M. Poutine a entamé son mandat en 2018 en promettant de faire entrer la Russie dans le top 5 des économies mondiales, en promettant qu’elle serait « moderne et dynamique ». Au lieu de cela, l’économie russe s’est orientée vers la guerre et les autorités dépensent des sommes record pour la défense.

Selon les analystes, maintenant que Poutine s’est assuré six années supplémentaires au pouvoir, le gouvernement pourrait prendre des mesures impopulaires en augmentant les impôts pour financer la guerre et en incitant davantage d’hommes à s’enrôler dans l’armée.

Dans les années qui ont suivi l’invasion, les autorités ont réprimé toute forme de dissidence avec une férocité sans précédent depuis l’époque soviétique. M. Poutine a indiqué mardi qu’il continuerait à faire taire les critiques.

Il a rappelé à son auditoire, dans le palais du Grand Kremlin, le « coût tragique des troubles et des bouleversements internes » et a déclaré que la Russie « doit être forte et absolument résistante à tous les défis et à toutes les menaces ».

M. Poutine entame son cinquième mandat sans pratiquement aucune opposition à l’intérieur du pays.

Son plus grand ennemi politique, le leader de l’opposition Alexei Navalny, est mort dans une colonie pénitentiaire de l’Arctique en février. D’autres critiques de premier plan ont été emprisonnés ou ont fui le pays, et même certains de ses opposants à l’étranger craignent pour leur sécurité.

Des lois ont été promulguées qui menacent de longues peines de prison toute personne qui discrédite l’armée. Le Kremlin s’en prend également aux médias indépendants, aux groupes de défense des droits, aux militants LGBTQ+ et à tous ceux qui ne se conforment pas à ce que Poutine a qualifié de « valeurs familiales traditionnelles » de la Russie.

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *