• 28 mai 2024 22h17

Actualités et informations en temps réel

Russie : Poutine critique l’Occident lors des 79 ans du jour de la Victoire

ByECHOS DU MONDE

Mai 10, 2024

Le président russe Vladimir Poutine a célébré la défaite de l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale en saluant ses forces qui se battent en Ukraine et en reprochant à l’Occident d’alimenter les conflits dans le monde.

Même si peu de vétérans de ce que la Russie appelle la Grande Guerre patriotique sont encore en vie 79 ans après la chute de Berlin face à l’Armée rouge, la victoire reste le symbole le plus important et le plus vénéré des prouesses de la Russie, ainsi qu’un élément clé de l’identité nationale.

M. Poutine a fait du jour de la Victoire – la fête laïque la plus importante du pays – un pilier de son quart de siècle au pouvoir et une justification de son action militaire en Ukraine.

Deux jours après avoir entamé son cinquième mandat, il a dirigé les festivités organisées dans toute la Russie pour rappeler les sacrifices consentis par la nation en temps de guerre.

« Le jour de la Victoire unit toutes les générations », a déclaré M. Poutine lors d’un discours prononcé sur la place Rouge, le 9 mai le plus froid depuis des décennies, avec quelques averses de neige. « Nous allons de l’avant en nous appuyant sur nos traditions séculaires et nous sommes convaincus qu’ensemble, nous assurerons à la Russie un avenir libre et sûr. »

Alors que des bataillons défilaient et que du matériel militaire – ancien et nouveau – grondait sur les pavés, le ciel s’est brièvement dégagé pour permettre le survol d’avions de guerre, dont certains traînaient de la fumée dans les couleurs blanche, rouge et bleue du drapeau russe.

M. Poutine a salué le courage des troupes qui se battent en Ukraine et a fustigé l’Occident, l’accusant « d’alimenter les conflits régionaux, les querelles interethniques et interreligieuses et d’essayer de contenir les centres souverains et indépendants du développement mondial ».

Alors que les tensions entre la Russie et l’Occident à propos de l’Ukraine atteignent leur plus haut niveau depuis la guerre froide, M. Poutine a rappelé une nouvelle fois la puissance nucléaire de Moscou.

« La Russie fera tout pour empêcher une confrontation mondiale, mais ne permettra à personne de la menacer », a-t-il déclaré. « Nos forces stratégiques sont prêtes au combat. »

Des missiles balistiques intercontinentaux Yars à capacité nucléaire ont été tirés sur la place Rouge, soulignant ainsi son message.

L’Union soviétique a perdu environ 27 millions de personnes au cours de la Seconde Guerre mondiale, une estimation que de nombreux historiens considèrent comme conservatrice, ce qui a marqué pratiquement toutes les familles.

Les troupes nazies ont envahi une grande partie de l’ouest de l’Union soviétique en juin 1941, avant d’être repoussées jusqu’à Berlin, où le drapeau de l’URSS, la faucille et le marteau, a été hissé au-dessus de la capitale en ruines. Les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et d’autres alliés marquent la fin de la guerre en Europe le 8 mai.

Les immenses souffrances et les sacrifices consentis dans des villes comme Stalingrad, Koursk et Leningrad, la ville natale de M. Poutine (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), constituent toujours un puissant symbole de la capacité du pays à relever des défis apparemment insurmontables.

Depuis son arrivée au pouvoir le dernier jour de l’année 1999, M. Poutine a fait du 9 mai un élément important de son programme politique, avec des missiles, des chars et des avions de chasse. Des vétérans médaillés se sont joints à lui jeudi pour passer en revue le défilé, et nombre d’entre eux – y compris le président – portaient le ruban noir et orange de Saint-Georges, traditionnellement associé au jour de la Victoire.

Quelque 9 000 soldats, dont environ 1 000 ont combattu en Ukraine, ont participé au défilé de jeudi.

Bien que les ambassadeurs des États-Unis et du Royaume-Uni n’aient pas assisté au défilé, d’autres dignitaires et les présidents de plusieurs anciennes nations soviétiques ont rejoint M. Poutine, ainsi que quelques autres alliés de Moscou, notamment les dirigeants de Cuba, de la Guinée-Bissau et du Laos.

M. Poutine, âgé de 71 ans, parle souvent de l’histoire de sa famille et évoque les souvenirs de son père, qui a combattu sur le front pendant le siège de la ville par les nazis et qui a été grièvement blessé.

Il raconte que son père, également prénommé Vladimir, est rentré d’un hôpital militaire pendant la guerre et a vu des ouvriers essayer d’emmener sa femme, Maria, qui avait été déclarée morte de faim. Mais l’aîné des Poutine ne croyait pas qu’elle était morte, disant qu’elle avait seulement perdu conscience, affaiblie par la faim. Leur premier enfant, Viktor, est mort pendant le siège à l’âge de 3 ans. Il fait partie des plus d’un million d’habitants de Leningrad qui ont péri pendant les 872 jours du blocus, la plupart d’entre eux étant morts de faim.

Pendant plusieurs années, M. Poutine a porté une photo de son père lors des défilés du jour de la Victoire, comme d’autres l’ont fait en l’honneur de parents vétérans de la guerre, dans ce qu’on appelait le « régiment immortel ».

Ces manifestations ont été suspendues pendant la pandémie de coronavirus, puis à nouveau pour des raisons de sécurité après le début des combats en Ukraine.

Dans le cadre des efforts qu’elle déploie pour faire fructifier l’héritage soviétique et piétiner toute tentative de remise en question, la Russie a introduit des lois qui criminalisent la « réhabilitation du nazisme », notamment en punissant la « profanation » de monuments commémoratifs ou la remise en question des versions du Kremlin de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Lorsqu’il a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février 2022, M. Poutine a évoqué la Seconde Guerre mondiale pour tenter de justifier ses actions, que Kiev et ses alliés occidentaux ont dénoncées comme une guerre d’agression non provoquée. M. Poutine a cité la « dénazification » de l’Ukraine comme l’un des principaux objectifs de Moscou, décrivant à tort le gouvernement du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, qui est juif et a perdu des parents dans l’Holocauste, comme des néo-nazis.

Poutine a tenté de faire passer la vénération par l’Ukraine de certains de ses dirigeants nationalistes qui ont coopéré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale pour un signe des prétendues sympathies nazies de Kiev. Il a régulièrement fait des références infondées à des figures nationalistes ukrainiennes telles que Stepan Bandera, tué par un espion soviétique à Munich en 1959, pour justifier l’action militaire russe en Ukraine.

De nombreux observateurs considèrent que l’accent mis par M. Poutine sur la Seconde Guerre mondiale s’inscrit dans le cadre de ses efforts visant à raviver l’influence et le prestige de l’URSS et de sa dépendance à l’égard des pratiques soviétiques.

« C’est l’autoidentification permanente de l’URSS comme vainqueur du nazisme et l’absence de toute autre légitimité forte qui ont forcé le Kremlin à déclarer la « dénazification » comme objectif de la guerre », a déclaré Nikolay Epplee dans un commentaire pour le Centre Russie Eurasie de Carnegie.

Selon lui, les dirigeants russes se sont enfermés dans une vision du monde limitée par le passé soviétique.

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *