• 28 mai 2024 22h02

Actualités et informations en temps réel

Russie : ce que l’on sait de la mort de l’opposant Alexeï Navalny

ByECHOS DU MONDE

Fév 16, 2024

Selon un communiqué des services pénitentiaires russes, l’opposant n° 1 du Kremlin est mort ce vendredi 16 février, dans la prison de Kharp en Arctique.

Ce que dit la version officielle

« Dans le centre pénitentiaire n° 3, le prisonnier Navalny A.A. s’est senti mal après une promenade et a presque immédiatement perdu connaissance », a annoncé un court communiqué des services pénitentiaires (FSIN), relayé par les agences de presse du monde entier.

Après avoir passé « plus de 30 minutes » à essayer de réanimer le prisonnier, « les médecins urgentistes ont constaté la mort du patient ». Les causes de la mort sont en train d’être établies », affirme le FSIN.

Poutine « informé », l’avocat de Navalny se rend sur place

Selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence de presse russe Tass, Vladimir Poutine a été informé de la mort d’Alexeï Navalny.

Toutefois, l’équipe du militant de 47 ans a déclaré qu’elle n’avait aucune confirmation de ce décès. « L’avocat d’Alexeï Navalny est en train de s’envoler pour Kharp. Dès que nous aurons des informations, nous les communiquerons », a précisé sa porte-parole sur le réseau social X (ex-Twitter).

La mère d’Alexeï Navalny, Lyudmila Navalnaya, a affirmé qu’elle l’avait vu « vivant, en bonne santé et joyeux », le 12 février, lors d’une visite à la colonie pénitentiaire de Kharp, comme l’a rapporté le média russe indépendant Novaya Gazeta, dont l’article a été traduit par The Kyiv Independant . « Je ne veux pas entendre de condoléances », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, selon l’agence de presse d’État Ria Novosti, relayée par l’Agence France-Presse (AFP), le prisonnier avait participé le jeudi 15 février, par vidéo, à deux audiences devant un tribunal local, et n’avait exprimé aucune plainte s’agissant de sa santé.

Des images de l’opposant russe ont d’ailleurs été diffusées peu de temps après l’annonce de son décès, le montrant en vidéoconférence avec le tribunal de Kovrov depuis Kharp. Alexeï Navalny y apparaît souriant et semble plaisanter avec le juge du tribunal.

Quelles étaient ses conditions de détention ?

Ces derniers mois, lors de diverses audiences à des procès auxquels il participait par vidéo, ce grand blond au regard bleu perçant apparaissait amaigri et vieilli. Il se plaignait devant le tribunal des conditions inhumaines de détention à la colonie pénitentiaire n° 2 de Pokrov, à 120 km de Moscou, où il était détenu jusqu’à l’été 2022.

Il ne pouvait prendre qu’un seul livre lorsqu’il était en cellule d’isolement et ne disposait que de 15 minutes pour manger un repas chaud. En outre, il avait l’interdiction de voir un dentiste, et l’obligation d’écouter un discours de vœux de Vladimir Poutine en boucle, ou de rester debout en étant malade. Malgré tout, la Cour suprême a rejeté les plaintes de l’opposant numéro un à Vladimir Poutine contre ses conditions de détention.

À Pokrov, l’opposant russe avait enchaîné les problèmes de santé liés à une grève de la faim et à l’empoisonnement par un agent neurotoxique dont il avait été victime en 2020 – et auquel il avait survécu de justesse.

Après trois années passées dans cette colonie pénitentiaire, Alexeï Navalny a été transféré en décembre dernier dans la prison de Kharp en Arctique, à la suite de sa condamnation pour « extrémisme ». Un centre surnommé le « Loup polaire » et où les températures frôlent les – 40 °C.

La responsabilité du Kremlin pointée du doigt

En Occident, nombreux sont les responsables qui ont immédiatement accusé le pouvoir russe d’être à l’origine de ce décès. À commencer par les membres de l’Union européenne qui, par la voix du président du Conseil européen, Charles Michel, ont tenu « le régime russe » pour « seul responsable de la mort tragique » d’Alexeï Navalny.

« Dans la Russie d’aujourd’hui, on met les esprits libres au goulag et on les y condamne à la mort. Colère et indignation », a réagi le chef de l’État français Emmanuel Macron, qui « salue la mémoire d’Alexeï Navalny, son engagement, son courage » sur le réseau social X. 

Pour Stéphane Séjourné, ministre français des Affaires étrangères, le militant « a payé de sa vie sa résistance à un système d’oppression ». Alexeï Navalny « vient d’être brutalement assassiné par le Kremlin », a affirmé, de son côté, le président de la Lettonie, Edgars Rinkevics.

Lors d’une conférence de presse commune avec le chancelier Olaf Scholz à Berlin, le président ukrainien a déclaré qu’il est « évident » qu’Alexeï Navalny « a été tué comme des milliers d’autres qui ont été torturés à mort à cause d’une seule personne, Poutine ».

« La Russie est responsable de cette situation », conclut également le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken. Et de compléter : « Sa mort dans une prison russe […] et la peur d’un seul homme ne font que souligner la faiblesse et la corruption au cœur du système que Poutine a construit. » Même constat du côté du président des États-Unis, Joe Biden, qui estime que le décès de l’opposant russe est une « nouvelle preuve de [la] brutalité » de Vladimir Poutine et de « ses voyous », bien qu’il admet qu’à Washington, « nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé ». 

La Russie nie toute responsabilité

Des accusations immédiatement réfutées par la diplomatie russe, qui dénonce des « accusations à l’emporte-pièce » des États-Unis. En réaction, le président de la Chambre basse du Parlement russe, Viatcheslav Volodine, a en outre accusé tous les dirigeants occidentaux d’être « coupables de la mort de Navalny ». « Ce sont eux, avec leurs nombreuses décisions ratées […] qui profitent » de son décès, a-t-il écrit sur Telegram, sans expliciter cette attaque.

De son côté, le Kremlin condamne les déclarations des dirigeants occidentaux, jugeant qu’elles sont « absolument inacceptables ». « Il n’y a aucune information sur la cause du décès », ajoute Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, cité par les agences de presse russes.

Par Chloé Sémat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *