• 13 avril 2024 21h46

Actualités et informations en temps réel

RDC : le journaliste Stanis Bujakera transféré à la prison de Makala

ByECHOS DU MONDE

Sep 15, 2023

Le journaliste congolais Stanis Bujakera, arrêté par la police le 8 septembre à Kinshasa, a été transféré jeudi en prison, malgré les protestations et de nombreux appels à sa libération, a-t-on appris auprès de son média.

Stanis Bujakera est soupçonné notamment de « propagation de faux bruits et diffusion de fausses informations pour un article publié par Jeune Afrique mettant en cause les renseignements militaires dans l’assassinat de l’ancien ministre Chérubin Okende », selon le site congolais d’information Actualité.cd, dont il est directeur adjoint de publication.

Cet article, diffusé fin août, qui n’était pas signé de Stanis Bujakera, se basait sur une note confidentielle présentée comme émanant des services de renseignements civils (ANR), note dont les autorités congolaises ont ensuite assuré qu’il s’agissait d’un faux document.

Interpellé le soir du 8 septembre à l’aéroport de Ndjili à Kinshasa, alors qu’il s’apprêtait à partir à Lubumbashi (sud-est), Stanis Bujakera, également correspondant de l’agence Reuters, a été présenté lundi au parquet, après avoir passé trois jours dans les locaux de la police.

« Il a été transféré à la prison de Makala », la plus grande prison de Kinshasa, a déclaré à l’AFP Patient Ligodi, patron de Actualité.cd.

La défense de M. Bujakera a déposé au parquet « une demande de libération provisoire » et attend la décision, a indiqué de son côté à l’AFP Me Grâce Tshiashala.

Depuis l’arrestation du journaliste, plusieurs ambassades ont exprimé leurs inquiétudes, à un peu plus de trois mois des élections générales prévues le 20 décembre.

Des personnalités congolaises et organisations de défense de la liberté de la presse ont multiplié protestations et demandes de libération de Stanis Bujakera.

« Il faut que les autorités abandonnent les charges fallacieuses qui pèsent sur Stanis Bujakera et libèrent celui-ci immédiatement et sans condition », a notamment déclaré Sarah Jackson, directrice adjointe du programme Afrique de l’Est et Afrique australe d’Amnesty International.

« C’est encore une preuve supplémentaire de l’attaque à grande échelle que les autorités de la RDC, sous la houlette du président Félix Tshisekedi, ont lancée contre les droits humains », a-t-elle ajouté, citée dans un communiqué.

L’organisation congolaise RAJEC – Rassemblement des journalistes pour l’émergence du Congo – a menacé mercredi de descendre dans la rue si M. Bujakera n’était pas libéré dans les 72 heures. Son arrestation est « une tentative autocratique de réduire au silence toutes les voix dissonantes et d’empêcher les journalistes indépendants de mener leurs activités », selon le RAJEC.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle qu’un journaliste aille en prison », a déclaré jeudi soir le ministre de la Communication Patrick Muyaya, interrogé lors d’un briefing de presse.

« Nous espérons que le dossier (…) pourra se dénouer rapidement », a-t-il ajouté.

« La liberté de la presse est une valeur cardinale à la démocratie, mais aussi une liberté qui ne donne pas un blanc-seing à la désinformation ou à l’instrumentalisation », a estimé le ministre.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *