• 28 mai 2024 23h09

Actualités et informations en temps réel

Présidentielle au Sénégal : la CEDEAO appelle au maintien des élections

ByECHOS DU MONDE

Fév 7, 2024

Les autorités sénégalaises devraient organiser l’élection présidentielle ce mois-ci comme prévu au lieu de la retarder de 10 mois, a déclaré mardi le bloc régional de l’Afrique de l’Ouest, alors que le bureau des droits de l’homme des Nations Unies a exprimé son inquiétude quant à cette décision sans précédent dans l’une des démocraties les plus stables d’Afrique.

Le président Macky Sall a reporté le scrutin du 25 février en invoquant un différend électoral entre le Parlement et le pouvoir judiciaire concernant certaines candidatures. Les dirigeants de l’opposition et les candidats ont rejeté cette décision, la qualifiant de « coup d’État ».

Plusieurs députés de l’opposition ont été empêchés de voter lundi lorsque le Parlement a reprogrammé l’élection pour décembre, ce qui a suscité l’indignation et la condamnation. Le mandat de M. Sall devait prendre fin le 2 avril.

« Nous sommes déçus par mon pays », a déclaré Moustapha Kane, un enseignant de la capitale, Dakar, alors que les troubles de ces derniers jours semblaient se calmer. « Nous étions une grande démocratie. Aujourd’hui, nous risquons d’être la risée des autres pays ».

Le scrutin a été entouré de mois de controverses, depuis les affrontements meurtriers qui ont conduit Macky Sall à annoncer qu’il ne briguerait pas un troisième mandat jusqu’à la disqualification de deux dirigeants de l’opposition par la plus haute autorité électorale.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui s’est efforcée de contenir la multiplication des coups d’État dans la région, a encouragé la classe politique à « prendre des mesures urgentes pour rétablir le calendrier électoral conformément aux dispositions de la Constitution sénégalaise ».

L’élection présidentielle au Sénégal n’a jamais été reportée. La Constitution autorise le Conseil constitutionnel, la plus haute autorité électorale, à reporter le scrutin dans certaines circonstances, notamment « le décès, l’incapacité permanente ou le retrait » des candidats.

La porte-parole du bureau des droits de l’homme des Nations unies, Liz Throssell, s’est dite préoccupée par la situation au Sénégal et a déclaré que toute décision de report des élections devrait être « fondée sur des consultations élargies ».

Le sénateur américain Ben Cardin, qui préside la commission des affaires étrangères du Sénat, a déclaré que ce report « met le pays (le Sénégal) sur une voie dangereuse vers la dictature, et ne doit pas être autorisé à rester en place ».

Cette crise survient à un moment où le bloc ouest-africain se bat pour conserver ses membres. Trois pays victimes de coups d’État se sont retirés la semaine dernière après avoir accusé la CEDEAO de sanctions « inhumaines » en réponse à des prises de pouvoir militaires.

Le bloc doit limiter son ingérence dans la politique des pays membres ou étendre son rôle de supervision, a déclaré Oluwole Ojewale, analyste de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale à l’Institut d’études de sécurité centré sur l’Afrique.

« La CEDEAO est incohérente », a déclaré M. Ojewale. « Elle ne peut se contenter de condamner les coups d’État militaires et de menacer d’intervenir tout en tolérant un comportement politique irresponsable dans d’autres contextes. »

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *