• 29 mai 2024 11h38

Actualités et informations en temps réel

Niger : la CEDEAO prévoit une réunion militaire au Ghana

ByECHOS DU MONDE

Août 15, 2023

Une réunion militaire ouest-africaine devant évoquer une possible intervention armée au Niger, pour rétablir le président Mohamed Bazoum renversé par un coup d’Etat, aura lieu à partir de jeudi au Ghana, la Russie et le Mali appelant à une résolution pacifique de la crise.

Cette réunion initialement prévue le 12 août avait été repoussée et se déroulera finalement les 17 et 18 août à Accra, la capitale ghanéenne, selon une source militaire régionale et une source au sein de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Elle se tiendra une semaine après la décision de l’organisation de déployer une « force en attente », pour rétablir dans ses fonctions Mohamed Bazoum, le président du Niger renversé par un coup d’Etat militaire le 26 juillet.

Mardi, au cours d’un entretien téléphonique, le président russe Vladimir Poutine et son homologue malien Assimi Goïta, arrivé au pouvoir par un putsch en 2020, ont souligné « l’importance de régler la situation » au Niger, « uniquement par des moyens pacifiques politico-diplomatiques ».

Le Mali, pays voisin du Niger, avait très rapidement affiché sa solidarité avec les militaires au pouvoir à Niamey. Ces derniers ont par ailleurs haussé le ton lundi soir face à la menace d’une intervention armée.

Ils ont rappelé l’ambassadeur du Niger à Abidjan pour « consultation », après des propos du président ivoirien Alassane Ouattara qui a fait, selon eux, « l’apologie de l’action armée » contre leur pays.

Jeudi, après le sommet de la CEDEAO à Abuja qui avait entériné le déploiement de la « force en attente », le président Ouattara avait déclaré que les chefs d’Etat étaient d’accord pour qu’une opération militaire « démarre dans les plus brefs délais », s’engageant à fournir un bataillon.

Le régime militaire à Niamey a dénoncé l' »empressement » de M. Ouattara à « voir se réaliser cette agression en tout point illégale et insensée contre le Niger ».

Mardi, un container était disposé en travers de la route qui relie le Bénin au Niger à Malanville, seule frontière terrestre entre les deux pays, selon le témoignage de plusieurs habitants côté béninois.

Selon ces sources, ce container – qui bloque totalement le passage – aurait été disposé côté nigérien pour empêcher une éventuelle intervention militaire par cette frontière.

Lundi, la CEDEAO a pour sa part dénoncé une « nouvelle provocation » des militaires au pouvoir à Niamey qui ont annoncé leur intention de poursuivre devant les tribunaux le président déchu Mohamed Bazoum « pour haute trahison ».

Le régime militaire assure avoir réuni des « preuves », en s’appuyant sur des « échanges » qu’aurait eu M. Bazoum avec des « nationaux », des « chefs d’Etat étrangers » et des « responsables d’organisations internationales ».

Dénonçant un « matraquage médiatique », le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS), de M. Bazoum, a affirmé mardi que ces accusations étaient « une pure invention mensongère (…) pour empêcher le retour à une vie constitutionnelle normale ».

Le président renversé est retenu depuis le coup d’Etat dans sa résidence présidentielle, avec son fils et sa femme.

Mais la voie du dialogue n’est pas abandonnée : samedi, une délégation de chefs religieux nigérians musulmans, menée avec l’accord du président nigérian Bola Tinubu, également à la tête de la CEDEAO, s’est rendue à Niamey pour « apaiser les tensions créées par la perspective d’une intervention militaire ».

Selon cette médiation, qui a été reçue par le nouvel homme fort du Niger, le général Abdourahamane Tiani, les militaires sont prêts à « explorer la voie de la diplomatie et de la paix afin de résoudre » la crise.

Et si la CEDEAO a brandi la menace d’une intervention armée la semaine dernière en déployant une « force en attente », elle a répété sa préférence pour privilégier la « voie diplomatique ».

Depuis le 30 juillet, ce pays sahélien enclavé et miné par la violence de divers groupes armés djihadistes, est sous le coup de lourdes sanctions financières et commerciales imposées par la CEDEAO.

Mardi, l’Alliance Sahel, plateforme internationale coordonnant l’aide à la région, s’est dite « particulièrement préoccupée » par les implications du coup d’Etat « sur les populations les plus vulnérables et par les informations relatives à la restriction croissante des droits de l’homme et du citoyen ».

L’Alliance Sahel réunit plusieurs pays et institutions internationales comme la France, l’Allemagne ou les Etats-Unis qui ont suspendu leur programmes d’aides au Niger.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *