• 23 février 2024 17h01

Actualités et informations en temps réel

Niger : après des mois de tensions, la France ferme son ambassade

ByECHOS DU MONDE

Déc 22, 2023

La France a décidé de fermer son ambassade au Niger, où « elle n’est plus en capacité de fonctionner normalement ni d’assurer ses missions », a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques, actant définitivement un divorce entre les deux pays.

Cette mesure, extrêmement rare, intervient alors que Niamey avait annoncé le 12 décembre le départ de tous les soldats français déployés au Niger dans le cadre de la lutte antijihadiste d’ici le 22 décembre, soit ce vendredi.

C’est l’aboutissement de relations exécrables entre la France et le Niger, depuis l’arrivée au pouvoir des généraux à Niamey, lors d’un coup d’Etat le 26 juillet.

Au Mali et au Burkina Faso, où des régimes militaires ont également chassé l’armée française ces dernières années après des coups d’Etat, la France a maintenu ses représentations diplomatiques, malgré de fortes tensions avec ces pays qui se sont rapprochés de la Russie, comme Niamey semble le faire.

Quatre fonctionnaires français, des agents du renseignement selon une source burkinabè, des techniciens de maintenance informatique selon une source diplomatique française, ont été arrêtés à Ouagadougou début décembre.

Mais le différend paraissait insurmontable au Niger où, « après l’attaque contre notre ambassade le 30 juillet dernier, et après l’instauration d’un blocus autour de notre emprise par les forces nigériennes, nous avions procédé, fin septembre, au départ de l’essentiel de nos personnels diplomatiques », ont expliqué les sources diplomatiques.

« L’ambassade de France au Niger n’est donc plus en capacité de fonctionner normalement ni d’assurer ses missions. Prenant acte de cette situation, nous avons décidé la fermeture prochaine de notre ambassade » et dans ce cadre « dû procéder au licenciement et à l’indemnisation de nos agents de droit local », ont-t-elles poursuivi.

Après le coup d’Etat du 26 juillet, les militaires au pouvoir avaient rapidement exigé le départ des soldats français – environ 1.500 déployés pour lutter contre les jihadistes – et dénoncé plusieurs accords militaires conclus avec Paris.

– Ambassadeur expulsé –

Le régime militaire avait aussi prononcé fin août l’expulsion de l’ambassadeur de France Sylvain Itté. Celui-ci était resté près d’un mois coincé à l’intérieur de la représentation diplomatique avant de la quitter. Il était « pris en otage », avait commenté le président français Emmanuel Macron.

Les entreprises nigériennes fournissant du ravitaillement à l’ambassade étaient « dissuadées, voire menacées » par le nouveau pouvoir, et avaient fini par ne plus venir, avait déclaré Sylvain Itté fin septembre sur la chaîne TF1.

« Il fallait sortir les poubelles sans que nos amis de la junte s’en aperçoivent », avait-il indiqué, ajoutant: « Il s’agissait de faire rentrer de la nourriture, de l’eau, là aussi en faisant preuve d’ingéniosité ».

Le 30 juillet, la manifestation violente qui avait visé l’ambassade de France s’était muée en « attaque » et avait « duré plus de 2H30 », avait-il raconté. « Ce jour-là, nous étions collectivement en danger et nous sommes passés très, très près du drame, parce qu’il y avait plus de 6.000 personnes qui étaient là pour en découdre, qui étaient là pour rentrer dans l’ambassade », avait relaté le diplomate.

La France a compté jusqu’à 5.500 militaires déployés dans le Sahel, avant d’en être chassée par des coups d’Etat successifs au Mali, au Burkina Faso et enfin au Niger.

Barkhane, la force antijihadiste Barkhane déployée en 2014 dans le Sahel, a cristallisé le sentiment anti-français d’une partie des opinions publiques africaines. Les trois pays, après ces putschs, se sont ensuite rapprochés à plus ou moins forte mesure de la Russie.

Le groupe paramilitaire russe Wagner s’est surtout implanté au Mali, avec qui Moscou a signé en octobre un accord de coopération sur le nucléaire civil. Quelques dizaines d’instructeurs et formateurs militaires russes sont aussi présents à Ouagadougou, même si les autorités n’ont pas confirmé leur présence.

Un « renforcement de la coopération militaire » a également été acté début décembre entre Niamey et Moscou.

Ali Bamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *