• 29 mai 2024 11h17

Actualités et informations en temps réel

Migrants : l’UE veut des explications sur les tirs des garde-côtes libyens

ByECHOS DU MONDE

Mar 27, 2023

L’Union européenne va demander « des explications » aux autorités libyennes après un incident impliquant les garde-côtes de ce pays, accusés d’avoir empêché le navire Ocean Viking de secourir des migrants en tirant des coups de feu en l’air.

« Nous allons demander des explications et des clarifications (aux autorités libyennes, ndlr) sur ce qui s’est passé, pourquoi cela s’est passé et quelle suite sera donnée », a déclaré lundi Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie Josep Borrell, lors du point de presse quotidien de la Commission.

Il s’agit de savoir si le navire des garde-côtes libyens impliqué dans l’incident a été financé avec l’aide de l’UE, a ajouté le porte-parole.

L’ONG SOS Méditerranée, dont le navire Ocean Viking secourt des migrants en mer, a accusé samedi des garde-côtes libyens d’avoir « délibérément » mis en danger ses équipes et des personnes en détresse en tirant des coups de feu en l’air pour l’empêcher d’effectuer un sauvetage. Selon SOS Méditerranée, environ 80 personnes ont finalement été interceptées par les garde-côtes libyens et renvoyées en Libye.

L’UE coopère avec les garde-côtes libyens en leur fournissant assistance, équipements et navires. Selon Bruxelles, cet accord vise sauver les vies de migrants en Méditerranée mais il est régulièrement dénoncé par les ONG et l’ONU, qui soulignent les mauvais traitements auxquels sont soumis les migrants ramenés de force en Libye.

« Pour nous, sauver des vies passe avant tout, les droits des migrants passent avant tout », a déclaré Peter Stano, reconnaissant qu’il n’y avait pas de « solution idéale » en raison de la situation de la Libye, plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

« Notre coopération (avec les garde-côtes libyens) est flexible (…), nous adaptons nos actions en fonction des développements sur le terrain et du comportement de nos partenaires », a-t-il ajouté.

Le porte-parole a rappelé qu’à la suite d’un incident similaire l’été dernier, au cours duquel des garde-côtes libyens avaient menacé des migrants en faisant usage de leurs armes, « le commandant (du navire) avait été renvoyé ».

La Méditerranée centrale est la route migratoire la plus dangereuse du monde, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). L’agence onusienne estime qu’en 2022, 1 417 migrants y ont disparu.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *