• 28 février 2024 13h23

Actualités et informations en temps réel

Madagascar : Rajoelina s’engage à construire une nation plus prospère

ByECHOS DU MONDE

Déc 17, 2023

Le président malgache Andry Rajoelina, 49 ans, a été investi samedi pour un second mandat après sa réélection au premier tour d’un scrutin boycotté par l’opposition, qui a déclaré ne pas reconnaître les résultats.

La cérémonie d’investiture dans la capitale Antananarivo a réuni quelque 50.000 personnes dans le plus grand stade de l’île de l’océan Indienr.

En moins de deux heures, le président a prêté serment « devant Dieu, le pays et le peuple » malgache, sous les vivats, avant une revue militaire pour marquer son statut de chef des armées.

« Madagascar est aujourd’hui en chantier, la transformation est en cours, l’émergence à l’horizon », a-t-il notamment déclaré.

« Mon attachement à Madagascar, terre de mes ancêtres, guidera chacune de mes actions », a ajouté le président qui a fait l’objet d’une polémique sur sa double nationalité franco-malgache.

Il s’est engagé à « construire une nation plus forte et plus prospère » et à se tenir « toujours au chevet des plus démunis ».

En dépit d’importants obstacles ces cinq dernières années –pandémie, sécheresse, cyclones dévastateurs– « nous avons avancé et bâti des infrastructures », afin de « rattraper les retards de développement accumulés depuis plusieurs décennies », a-t-il assuré.

Parmi plusieurs chefs d’Etat de la région, Azali Assoumani, président des Comores à la tête tournante de l’Union africaine, était présent ainsi que Joao Lourenço, chef d’Etat angolais et président en exercice de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).

– Manifestations interdites –

Onze millions d’électeurs malgaches étaient appelés aux urnes le 16 novembre. Lors des semaines précédant le scrutin, des manifestations ont eu lieu à « Tana », la capitale, à l’appel d’une dizaine d’opposants candidats, dont deux anciens présidents, réunis dans un collectif.

Réclamant l’annulation de la présidentielle, ils dénonçaient un « coup d’Etat institutionnel » visant à favoriser la réélection de Rajoelina et un scrutin « joué d’avance ». Ils avaient appelé les Malgaches à ne pas se rendre aux urnes.

 46% des électeurs ont participé au scrutin.

En juin, la presse avait révélé que le président Rajoelina avait été discrètement naturalisé français en 2014. Selon l’opposition, cela devait l’empêcher de se présenter mais la justice a refusé d’invalider sa candidature.

Élu une première fois en 2018, Andry Rajoelina avait déjà été au pouvoir entre 2009 et 2013, à la suite d’une mutinerie qui avait chassé l’ex-président Marc Ravalomanana. Ce dernier et l’autre ancien président Hery Rajaonarimampianina, présents à la cérémonie d’investiture de Rajoelina en 2019, avaient déclaré qu’ils ne feraient pas le déplacement samedi.

Plusieurs opposants sont poursuivis par la justice pour avoir participé aux manifestations précédant le scrutin. Les rassemblements, dont certains avaient été interdits par les autorités, ont régulièrement été dispersés par des jets de gaz lacrymogène.

Le camp Rajoelina a maintes fois fustigé une opposition au comportement « irresponsable ».

Aucune protestation n’a été organisée depuis le scrutin. En vue de l’investiture, les manifestations avaient été interdites depuis mardi.

Malgré des richesses naturelles exceptionnelles, Madagascar peine à en tirer profit , près de 75% de la population de 29 millions vivant sous le seuil de pauvreté.

Ces derniers jours, Andry Rajoelina s’est rendu dans les quartiers populaires de la capitale, distribuant des lampes solaires aux foyers sans accès à l’électricité, ainsi que des invitations à la cérémonie d’investiture.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *