• 28 mai 2024 23h01

Actualités et informations en temps réel

La Libye s’inquiète du sort du fils Kadhafi détenu au Liban

ByECHOS DU MONDE

Mai 1, 2024

Des photos divulguées du fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi et de la minuscule cellule souterraine où il est détenu depuis des années au Liban ont suscité des inquiétudes dans le pays d’Afrique du Nord, les autorités libyennes exigeant que des améliorations soient apportées.

Les photos montrent une pièce sans lumière naturelle où sont entassés les effets personnels d’Hannibal Kadhafi, un lit et des toilettes minuscules. « Je vis dans la misère », a déclaré le détenu dans une émission diffusée samedi soir par la chaîne de télévision locale Al-Jadeed, ajoutant qu’il était un prisonnier politique dans une affaire sur laquelle il ne disposait d’aucune information.

Deux responsables judiciaires libanais ont confirmé à l’Associated Press lundi que les photos diffusées par Al-Jadeed sont celles de Kadhafi et de la cellule où il est détenu depuis des années au siège de la police à Beyrouth. M. Kadhafi est apparu en bonne santé, avec une barbe légère et des lunettes.

Une personne habituellement en contact avec Kadhafi, un citoyen libyen, a déclaré que les photos avaient été prises ces derniers jours. .

M. Kadhafi est détenu au Liban depuis 2015 après avoir été enlevé en Syrie voisine, où il vivait en tant que réfugié politique. Il a été enlevé par des militants libanais qui réclamaient des informations sur le sort de l’éminent religieux chiite libanais Moussa al-Sadr, disparu lors d’un voyage en Libye en 1978.

Le sort d’al-Sadr est un point sensible au Liban. Sa famille pense qu’il est peut-être encore en vie dans une prison libyenne, mais la plupart des Libanais présument que Moussa al-Sadr, qui aurait aujourd’hui 95 ans, est mort.

Une délégation libyenne s’est rendue à Beyrouth en janvier pour rouvrir les négociations avec les responsables libanais sur le sort d’al-Sadr et la libération de Kadhafi. Les discussions visaient à réactiver un accord dormant entre le Liban et la Libye, conclu en 2014, pour une coopération dans l’enquête sur al-Sadr. La délégation n’est pas rentrée à Beyrouth comme prévu.

Les fuites d’Al-Jadeed font suite à des informations selon lesquelles M. Kadhafi recevait un traitement spécial au siège de la police et qu’il avait subi des opérations de chirurgie esthétique, notamment des greffes de cheveux et des améliorations de la dentition. Al-Jadeed l’a cité comme ayant dit : « Qu’ils prennent mes cheveux et mes dents et qu’ils me rendent ma liberté ».

M. Kadhafi a entamé une grève de la faim en juin de l’année dernière et a été transporté à l’hôpital après que son état de santé s’est détérioré.

Dans un communiqué publié dimanche, le ministère libyen de la Justice a déclaré que M. Kadhafi était privé de ses droits garantis par la loi. Il a appelé les autorités libanaises à améliorer ses conditions de vie afin de « préserver sa dignité », ajoutant que les autorités libanaises devraient informer officiellement le ministère des améliorations apportées. Il a également déclaré que M. Kadhafi méritait d’être libéré.

Après son enlèvement en 2015, les autorités libanaises l’ont libéré mais l’ont ensuite placé en détention, l’accusant d’avoir dissimulé des informations sur la disparition d’Al-Sadr.

M. al-Sadr est le fondateur du groupe Amal, une milice chiite qui a combattu pendant la guerre civile libanaise de 1975 à 1990 et qui est ensuite devenue un parti politique actuellement dirigé par le président du Parlement libanais, Nabih Berri.

De nombreux partisans d’al-Sadr sont convaincus que Mouammar Kadhafi a ordonné l’assassinat d’al-Sadr dans le cadre d’un différend sur les paiements libyens aux milices libanaises. La Libye maintient que l’ecclésiastique, ainsi que deux compagnons de voyage, ont quitté Tripoli en 1978 sur un vol à destination de Rome.

Human Rights Watch a publié en janvier une déclaration appelant à la libération de Kadhafi. Le groupe de défense des droits de l’homme a fait remarquer que M. Kadhafi n’avait que deux ans au moment de la disparition de M. al-Sadr et qu’à l’âge adulte, il n’occupait aucune fonction de haut niveau en Libye.

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *