• 23 février 2024 18h15

Actualités et informations en temps réel

Joséphine Baker : une icône en mouvement » en exposition à Berlin

ByECHOS DU MONDE

Fév 1, 2024

Joséphine Baker a connu un succès fulgurant en Allemagne avec le spectacle « Revue Nègre », qu’elle avait déjà présenté à Paris. Près de 100 ans plus tard, une exposition sur la danseuse a été inaugurée à la Nouvelle galerie nationale de Berlin.

Née dans le Missouri aux États-Unis, en 1906 Joséphine Baker eut une carrière de danseuse prometteuse lui donnant l’opportunité de devenir une icône et superstar de la danse en Europe. À l’âge de 19 ans, elle se produit dans « La Revue Nègre » à Berlin où elle fit une performance révolutionnaire lui permettant de propulser sa carrière à l’international. 

Dans les années 20, Baker était une superstar en Europe qui se produisait sur tout le continent sauf en Amérique, où les lois raciales rendaient encore la vie difficile aux Noirs comme elle. 

Après la guerre, elle a rejoint le mouvement des droits civiques aux États-Unis et a refusé catégoriquement de se produire devant des publics victimes de la ségrégation.

« Joséphine Baker, son iconicité et son art ont eu un impact sur des générations et en particulier sur les artistes noirs. Je pense qu’il est très important de la comprendre, de comprendre sa paternité de son point de vue, mais aussi de comprendre et d’examiner les nombreuses critiques de son travail. Surtout si l’on pense à la fusion de la vie politique noire et de la vie des artistes noirs dans toute la diaspora. Joséphine touche donc à de nombreux aspects de la diaspora noire« , explique l’artiste et designer Kandice Williams. 

Engagée pour la liberté et contre le racisme, Baker sera l’une des seules femmes à prononcer un discours lors de la fameuse marche sur Washington de Martin Luther King en 1963. Grâce à son engagement durant la Seconde Guerre mondiale, elle a été décorée de la médaille de la Résistance française en 1946.

« Lorsque l’on commence à s’intéresser à Baker, il y a beaucoup à apprendre de sa manière de faire. Elle a eu son propre club de cabaret pendant dix ans. Elle a dirigé sa propre troupe. Je pense que c’est un domaine dans lequel j’étudie toujours son travail, je suis toujours fascinée et j’apprends chaque jour quelque chose de nouveau. Il y a tellement de choses sur elle, sa visibilité et son accessibilité qui ne sont pas lisibles parce qu’elle a dû vivre sous les feux des projecteurs et que cela créé forcément des zones d’ombres autour de l’intentionnalité d’une grande partie de son travail. J’ai donc hâte que les jeunes spectateurs voient tout ça pour qu’ils se fassent leur propre opinion ou qu’ils tirent leurs propres conclusions”, rajoute Kandice Williams. 

L’exposition « Joséphine Baker : une icône en mouvement » qui a débuté le 27 janvier, se poursuivra à la Nouvelle galerie nationale de la capitale allemande jusqu’au 28 avril 2024.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *