• 13 avril 2024 21h40

Actualités et informations en temps réel

Jeune Afrique « proteste » contre sa suspension au Burkina Faso

ByECHOS DU MONDE

Sep 27, 2023

Le média français Jeune Afrique a « protesté » mardi contre la suspension de sa diffusion au Burkina Faso annoncée la veille par le gouvernement de ce pays, après la parution d’articles évoquant des tensions au sein de l’armée burkinabè.

Depuis un an, le régime burkinabè, dirigé par des militaires après deux coups d’État en 2022, a suspendu temporairement ou sine die la diffusion de plusieurs chaînes de télévision ou radio et expulsé des correspondants étrangers, de médias français notamment.

Cette suspension « est une atteinte de plus à la liberté d’information dans un pays, celui de Norbert Zongo », a écrit Jeune Afrique dans un communiqué, en référence au journaliste burkinabè assassiné en 1998.

Le média dénonce également « une censure d’un autre âge, tout en souhaitant que ses auteurs puissent la reconsidérer », affirmant qu’elle « contribue un peu plus à faire de la région et du Burkina Faso en particulier, une zone de non-information ».

Lundi soir, le gouvernement de transition du Burkina Faso, avait annoncé « la suspension jusqu’à nouvel ordre de tous les supports de diffusion de Jeune Afrique au Burkina Faso à compter de ce lundi 25 septembre ». Dans un communiqué, les autorités justifient leur décision par la diffusion d' »un nouvel article mensonger sur le site du journal Jeune Afrique, intitulé : Au Burkina Faso, toujours des tensions au sein de l’armée ».

« Cette publication fait suite à un article précédent dudit journal sur le même site », publié jeudi, « dans lequel Jeune Afrique alléguait qu’Au Burkina Faso, la grogne monte dans les casernes », ajoute le texte, signé du ministre de la Communication Rimtalba Jean Emmanuel Ouédraogo.

Selon le gouvernement, « ces affirmations faites à dessein sans l’ombre d’un début de preuve n’ont pour seul but que de jeter un discrédit inacceptable sur les Forces armées nationales et par-delà l’ensemble des forces combattantes ».

Mardi soir, des centaines de partisans du président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré sont descendus dans les rues de Ouagadougou pour « défendre » le régime, après des rumeurs indiquant que des tentatives de déstabilisation de l’exécutif étaient en cours.

« Jeune Afrique est le dernier média en date visé par les attaques de la junte au pouvoir au Burkina Faso, qui tente d’imposer sa communication », déplore un communiqué de Reporters sans frontières (RSF) qui estime que la liberté de la presse « s’est réduite comme peau de chagrin dans le pays ».

RSF « appelle le gouvernement de transition du capitaine Ibrahim Traoré à cesser ces violations et à respecter le droit à l’information de la population burkinabè ». Mardi, le site de Jeune Afrique était inaccessible sans VPN – un moyen technique pour dissimuler l’origine de sa connexion – , à Ouagadougou, a constaté un journaliste de l’AFP.

La décision des autorités burkinabè intervient près d’un an après l’arrivée au pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré par un coup d’État, le deuxième en huit mois. En juin, elles avaient annoncé la suspension de la chaîne française LCI pendant trois mois, après avoir expulsé les correspondantes des quotidiens français Libération et Le Monde en avril.

Fin mars, le gouvernement avait ordonné la suspension sine die de la chaîne de télévision France 24, après avoir suspendu en décembre 2022 Radio France Internationale (RFI), médias publics français. 

Depuis 2015, le pays fait face à des violences djihadistes récurrentes, qui ont fait en tout plus de 17 000 morts et plus de deux millions de déplacés internes.

Le Burkina avait également suspendu pendant un mois, entre août et septembre, la radio nationale la plus écoutée du pays, Radio Oméga, accusée d’avoir interviewé un opposant au régime militaire du Niger, confronté lui aussi à des attaques djihadistes récurrentes.

« Le gouvernement restera intraitable avec tout acteur médiatique qui mettra sa plume au service d’intérêts étrangers à ceux du peuple burkinabè », rappelle le communiqué.

Fondé en 1960, Jeune Afrique est un média panafricain francophone basé en France, et qui compte plusieurs correspondants et collaborateurs en Afrique et ailleurs. Il est composé d’un site internet d’informations et d’une version papier publiée mensuellement.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *