• 28 février 2024 14h32

Actualités et informations en temps réel

Génocide au Rwanda : un des suspects les plus recherchés arrêté en Afrique du Sud

ByECHOS DU MONDE

Mai 26, 2023

L’un des suspects les plus recherchés dans le génocide rwandais, un officier de police soupçonné d’avoir orchestré le massacre de plus de 2 000 personnes dans une église il y a près de trente ans, a été arrêté en Afrique du Sud après 22 ans de cavale, a annoncé jeudi un tribunal spécial mis en place par les Nations unies pour retrouver les auteurs du génocide.

Le Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux (IRMCT) a déclaré que Fulgence Kayishema avait été arrêté mercredi dans un vignoble à Paarl, une petite ville située dans une région viticole à environ 30 miles à l’est du Cap.

Kayishema, qui serait âgé d’une soixantaine d’années, avait pris une fausse identité et s’était fait appeler Donatien Nibashumba, a indiqué la police sud-africaine.

Il a été capturé lors d’une opération conjointe de l’équipe de recherche des fugitifs du tribunal et des autorités sud-africaines, a indiqué le tribunal, à l’issue d’une enquête qui avait permis de le retrouver dans plusieurs pays africains, dont le Mozambique et l’Eswatini, depuis son inculpation en 2001.

Les États-Unis avaient offert une récompense de 5 millions de dollars pour toute information conduisant à l’arrestation de Kayishema dans le cadre de leur programme « Rewards for Justice » (récompenses pour la justice).

Plus de 800 000 personnes ont été tuées lors du génocide rwandais, qui s’est déroulé en trois mois en 1994, lorsque des membres de l’ethnie hutue se sont retournés contre la minorité tutsie, la massacrant ainsi que les Hutus modérés qui tentaient de la protéger.

« Son arrestation donne aux survivants l’espoir que d’autres fugitifs encore en liberté seront également arrêtés », a déclaré Naphtal Ahishakiye, secrétaire exécutif de l’organisation de survivants du génocide rwandais Ibuka. « Un crime de génocide est trop grave pour rester impuni. »
Kayishema a été inculpé par le Tribunal pénal international des Nations unies pour le Rwanda et accusé de génocide, de complicité de génocide, d’entente en vue de commettre un génocide et de crimes contre l’humanité pour des meurtres et d’autres crimes. Il était en fuite depuis 2001, selon le tribunal.

Le tribunal a indiqué qu’il aurait organisé le massacre de plus de 2 000 réfugiés de l’ethnie tutsie – hommes, femmes et enfants – dans une église catholique le 15 avril 1994, au cours des premiers jours du génocide.

Selon l’acte d’accusation, Kayishema, qui avait le grade d’inspecteur de police à l’époque, a directement participé à la planification et à l’exécution du massacre en se procurant de l’essence pour incendier l’église et les personnes qui y étaient enfermées. Lorsque cela a échoué, Kayishema et d’autres ont utilisé un bulldozer pour démolir l’église, enterrant et tuant les réfugiés, parmi lesquels se trouvaient de jeunes enfants, mais aussi de nombreux hommes et femmes âgés. Kayishema et d’autres ont ensuite déplacé les corps du terrain de l’église vers des fosses communes pendant deux jours, selon l’acte d’accusation.

La police sud-africaine a déclaré qu’il comparaîtrait vendredi devant un tribunal du Cap avant d’être probablement extradé vers le Rwanda.
Le Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux a été créé en 2010 pour continuer à enquêter sur les atrocités et à traquer les suspects du génocide rwandais et les personnes soupçonnées de crimes de guerre dans l’ex-Yougoslavie pendant les conflits ethniques des années 1990 et du début des années 2000.

« Fulgence Kayishema a été un fugitif pendant plus de 20 ans. Son arrestation garantit qu’il sera enfin traduit en justice pour ses crimes présumés », a déclaré Serge Brammertz, procureur en chef de l’IRMCT, dans un communiqué. « Le génocide est le crime le plus grave que connaisse l’humanité. La communauté internationale s’est engagée à faire en sorte que ses auteurs soient poursuivis et punis. Cette arrestation est une preuve tangible que cet engagement ne faiblit pas et que la justice sera rendue, quel que soit le temps qu’il faudra ».

Le tribunal a déclaré avoir retrouvé cinq suspects recherchés dans le cadre du génocide rwandais depuis 2020. Il est toujours à la recherche de trois autres fugitifs.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *