• 27 février 2024 2h04

Actualités et informations en temps réel

Espagne : d’Eto’o à Yaya Touré, ces Africains victimes de racisme

ByECHOS DU MONDE

Mai 23, 2023

La liste des joueurs africains victimes d’incidents raciste comprend Nico Williams, Mouctar Diakhaby, Frédéric Kanouté, Yaya Touré…

Les insultes racistes proférées dimanche par le public du stade de Valence à l’encontre du Brésilien du Real Madrid Vinicius ont réveillé de mauvais souvenirs pour le football espagnol, éclaboussé par plusieurs affaires similaires ces 40 dernières années visant notamment des joueurs africains tels que Samuel Eto’o.

Légende du Cameroun, mais quasi inconnu en Espagne à son arrivée à l’Espanyol Barcelone en 1982, Thomas Nkono est victime d’insultes, de chants racistes et de jets de bananes au Camp Nou lors du derby face au Barça.

« Le plus drôle, c’est qu’une partie du stade me traitait de tous les noms, pendant que l’autre partie les sifflait pour qu’ils arrêtent. Moi j’ai toujours pris ça comme un défi », a récemment raconté Nkono dans un entretien au journal en ligne espagnol El Confidencial.

Kameni et les cris de singe
Compatriote et successeur de Nkono à l’Espanyol Barcelone, Idriss Carlos Kameni est à son tour la cible de cris de singe de la part d’une partie du public de Saragosse en 2004.

« Mon pire moment », a commenté le gardien de but à la radio Cadena Ser en 2017. « On gagnait 1-0 et ils m’avaient traité de tout. Même l’arbitre m’avait demandé si je me sentais assez bien pour continuer à jouer. Je ne savais même plus où j’étais, mais j’ai trouvé la force pour continuer à jouer ».

Cet incident ne sera pas isolé : cinq mois plus tard, Kameni sera victime de jets de bananes au stade de l’Atlético Madrid. « Quand une personne vit quelque chose comme ça, elle peut rentrer chez elle et se suicider. Personne ne peut imaginer ce que j’ai vécu », a confié Kameni à la chaîne Movistar en 2020.

Samuel Eto’o : « Je ne joue plus »
Les cinq années passées par la légende camerounaise Samuel Eto’o au FC Barcelone (2004-2009) sont jalonnées d’incidents racistes, comme lorsque l’attaquant lance le ballon vers le public de Getafe en 2004 après avoir été victime de cris de singe.

Deux semaines plus tard, contre Albacete, Eto’o est à nouveau victime d’insultes racistes. En 2005, l’attaquant camerounais célèbre un but en parodiant un singe.

Et en 2006, victime d’insultes racistes à Saragosse, Eto’o décide d’abandonner le terrain alors qu’il s’apprête à tirer un corner. « No juego mas ! » (« Je ne joue plus ! »), dit-il à l’arbitre, qui tente de le convaincre de répondre en restant sur le terrain.

Après l’intervention de plusieurs personnes sur la pelouse, Eto’o revient sur ses pas et le match s’achève. Quelques jours plus tard, la fédération espagnole sanctionne le club du Real Saragosse d’une amende de 9 000 euros.

« Nous sommes tous Williams »
En 2020, l’attaquant de l’Athletic Bilbao Iñaki Williams est victime de cris de singe au moment de son remplacement sur la pelouse de l’Espanyol Barcelone. L’international ghanéen avait déjà été victime d’insultes racistes à Gijon, en 2016, et l’arbitre avait alors brièvement interrompu la rencontre durant quelques minutes.

Le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez condamne ces agissements et Marca, le quotidien le plus vendu d’Espagne, titre en une « Nous sommes tous Williams : le racisme, ça suffit ». Deux supporters de l’Espanyol seront par la suite poursuivis devant la justice.

La liste des joueurs africains victimes d’incidents raciste comprend également : Nico Williams, Mouctar Diakhaby, Frédéric Kanouté, Yaya Touré.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *