• 28 mai 2024 22h13

Actualités et informations en temps réel

Entretien avec le chef de terre de Daloa

ByECHOS DU MONDE

Juil 22, 2020

Je présente tout d’abord mes condoléances à toute la Côte d’Ivoire et au président de la République Alassane Ouattara pour la perte de son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

  • Présentation

Je me nomme Bouabré Kipré Ibo Marcelin, chef de terre de Daloa investi depuis le 1er septembre 2018 à Tagoura (Daloa). J’ai été installé après le décès de feu Nahounou Somia ex chef de terre.
Nahounou Somia est mon devancier, mon père, un aïeul, c’est quelqu’un qui aimait ses proches et sa région, il avait une vision, il bossait durement, je salue sa mémoire.

  • Pouvez-vous nous parler de la généalogie de Daloa

Avant d’être chef de terre, il faut être de la lignée, il est donc de la lignée tout comme moi. Il faut être un autochtone pour prétendre être chef de terre et c’est indiscutable, on ne devient pas chef de terre qui veut, ça ne s’acquiert pas comme ça.

  • Quelle est votre vision pour le développement de votre région ?

Daloa est une grande région et est la capitale du haut Sassandra, une terre d’excellence, d’accueil, une région de commerce ou tout le monde se frotte et s’embrasse, nous invitons les uns et les autres a la cohésion, a l’attente.
Le chef de terre à une fonction très immense, notre vision est d’avoir une société qui veille sur les personnes, sur le travail de la terre, la sécuriser et donner la chance aux autochtones de se prendre en charge. La terre ne se donne pas comme ça, lorsqu’on te donne une terre pour la cultiver et nourrir ta famille, cela ne veut pas dire qu’on te la donne définitivement.

  • Quels sont vos rapports avec les autorités ?

Nous travaillons concomitamment avec les autorités administratives, nous avons de très bons rapports, dès qu’il y a un problème, le préfet m’envoie un message pour des réunions.
Avec l’expansion de la ville, la démographie qui augmente, nous rencontrons aussi des problèmes comme les Ebrié a Abidjan et c’est comme ça partout, mais quand il y a un problème, nous nous asseyons pour trouver la solution. Ce que nous voulons ici, c’est que l’autochtone soit au-devant des problèmes de la terre, c’est tout.

  • Quels sont problèmes spécifiques que vous rencontré avec la jeunesse de votre région surtout concernant la drogue?

Le phénomène de la drogue a pris tout le pays entièrement, les jeunes ne font pas d’effort pour leur réussite et cela inquiète les parents, ils sont souvent dans les cabarets au lieu de chercher à se former dans des métiers pour créer et nourrir leur petite famille. Ils aiment chanter, danser et s’amuser au lieu de cultiver la terre.

  • Quel message vous lancez pour votre région ?

Je souhaite que tous les fils et cadres de Daloa s’unissent quelle que soit leur origine, que la cohabitation soit sincère qu’ils travaillent ensemble qu’ils se tiennent main dans la main pour que Daloa sorte grandi.

HG / Julien Paul SERY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *