• 13 juin 2024 7h15

Actualités et informations en temps réel

Entretien avec Fanny Karim Maire de la commune d’Issia : ‘’Voici notre bilan à mi-parcours’’

ByECHOS DU MONDE

Mar 5, 2021

Maire de la commune d’Issia depuis 2015, Fanny Karim fait le bilan à mi-parcours de sa gestion et invite les populations à la cohésion sociale. 

Entretien

– Pouvez-vous nous parler de votre commune ?

Issia est une ville cosmopolite qui est dans une zone forestière avec une population autochtone qui fait l’amabilité légendaire de recevoir les populations de toutes les origines sur ces terres fertiles. En dehors des autochtones que sont les Bétés, vous avez les Ivoiriens de toutes les origines et d’autres communautés venant de toute l’Afrique, et même certains qui viennent des autres continents parce que vous avez des Libanais et autres qui évoluent ici en tant qu’opérateurs économiques. Nous avons donc une localité à forte densité démographique où la population est très forte, car nous sommes à 90.000 habitants sur la commune et 24 villages dont 3 rattrapés par l’expansion.

– Que représentait monsieur Fanny Karim dans la ville avant d’être Maire de la commune d’Issia?

Je suis enseignant de formation né non loin d’Issia à quelques encablures de Saïoua précisément Gadouhan où j’ai fait toute mon enfance à Daloa et mon cursus scolaire. Je suis arrivé à Issia lorsque j’ai été affecté en tant que fonctionnaire enseignant d’Anglais au lycée. Je suis quelqu’un qui aime revendiquer, c’est notre génération qui a installé la Fédération Estudiantine de Côte d’Ivoire (FESCI) à l’École normale supérieure (ENS). Nous avons aussi créé la Coordination des Enseignants de Second Degré de Côte d’Ivoire (CESCI) lorsque nous sommes sortis professeurs, et avons engagé la lutte pour le profil de carrière des enseignants dont bénéficient tout le personnel du système éducatif, je peux dire que j’ai été toujours vindicatif dans l’art. Quand je suis arrivé à Issia, j’étais membre du bureau du syndicat des enseignants, je faisais parallèlement la politique, travaillant en collaboration avec les premiers responsables du Rassemblement Des Républicains (RDR) à Issia. Mon mentor était mon prédécesseur Aly Sylla qui m’a véritablement formé avec qui j’ai fait la bataille de 2010, 2011 pour les législatives que j’ai aussi accompagné aux municipales en étant sur sa liste. J’étais donc son homme de main en étant 4è adjoint au maire parce qu’il m’envoyait partout le représenter jusqu’en octobre 2014 où nous l’avons
malheureusement perdu. Il fallait un nouveau Maire après son décès et donc tous les conseillers municipaux m’ont élu à l’unanimité pour assurer la succession de l’ex Maire Aly Sylla dont il restait encore 4 années, après cela, nous sommes allés à de nouvelles élections en 2018 que j’ai remportées.

– Quelles sont les actions que vous avez menées à la tête de votre commune ?

Il faut dire que j’avais déjà participé à l’écriture du programme de société de l’ex Maire Aly Sylla. C’était donc pour moi un gros défi à relever. J’étais informé de sa vision, il fallait donc réaliser ses projets et aller plus loin pour honorer sa mémoire.

Issia n’a pas de routes bitumées, nous avons mis un programme en place pour le traitement de profilage de ces routes chaque année qui nous revient très chère depuis 2015 parce que les voies qui traversent la ville, de Yamoussoukro à Man et de Gagnoa à Daloa, je ne les considère pas comme étant les routes d’Issia, car ces routes seraient passées si Issia n’était pas là. En arrivant à Issia, j’ai remarqué que l’école était en double vacation où un groupe d’élèves va le matin et un autre le soir, ce qui n’était pas normal. J’ai fait construire et équiper (45) quarante-cinq salles de classe que j’ai données à l’éducation nationale après les 4 années passées avec l’ex Maire Aly Sylla. J’ai aussi construit (02) deux nouvelles écoles qui n’existaient pas sur la carte scolaire. La gestion des ordures ménagères étant une question épineuse, j’ai acheté une Benne (camion) l’année surpassée pour améliorer la flotte d’enlèvement d’ordures. Nous avons fait l’acquisition d’une machine chargeuse l’année dernière. Nous nous sommes alors

penchées sur le domaine de la santé où tous les centres de santé se retrouvent dans un même périmètre quand vous regardez la cartographie des hôpitaux. 

Les populations se trouvent éloignées, nous avons décidé de construire un centre de santé dans le quartier Bazia dont le laboratoire sera achevé cette année 2021. J’ai déjà contacté l’Etat de Côte d’Ivoire pour son équipement. Nous sommes en train d’embellir le centre-ville (rond-point). Nous avons activé beaucoup de projets pour les jeunes et les femmes dont ils bénéficient. La construction d’une maternelle appelée Aly Sylla au quartier Kiprégogoua 

  • Construction de 53 magasins au grand marché et au petit marché d’Issia 4 – Epp kandia Camara en 2018. 
  • Construction de 6 salles de classe avec bureau du directeur + latrines- Construction de 3 salles de classe + bureau + latrines et réhabilitation des bâtiments au groupe scolaire Issia2.
    – Construction d’un bâtiment de 3 classes + bureau équipé de tables blanc à Epp Koredidia, Zogba, Mira, Issia Est
    – Installation d’une fontaine dans le village Zobia
    – L’achat d’une machine de génie civil en juin 2020 sur fonds propre de la Mairie
    – Redynamisation du service au sein de la Mairie d’Issia.
  • Réhabilitation complète de la salle des fêtes de la Mairie ou se tient les grandes rencontres d’Issia. Voici un peu ce que nous avons fait pour le moment.

– Quel est le message que vous lancez à l’endroit de votre population et des autorités ?

J’encourage ma population qui est une population travailleuse. Je leur demande beaucoup de civisme, que cette population nous accompagne avec un comportement en évitant de jeter de l’eau et les ordures sur les routes n’importe comment pour nous faciliter la tâche au développement d’Issia. On sait que la vie n’a jamais été facile, je demande beaucoup d’abnégation à la jeunesse dans la lutte contre le quotidien, mais le tout dans la cohésion sociale parce que les politiciens utilisent beaucoup cette jeunesse. Je remercie l’Etat de Côte d’Ivoire pour l’effort qu’il fait de nous accompagner avec les subventions qui sont mises à notre disposition, mais il peut faire encore plus pour l’amélioration de vie de nos populations.

Réalisé par Julien Paul Sery

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *