• 27 février 2024 1h50

Actualités et informations en temps réel

Des Soudanais craignent une guerre civile malgré le cessez-le-feu

ByECHOS DU MONDE

Mai 24, 2023

Au soudan, des habitants de Shendi dans l’Etat du Nil craignent une recrudescence de conflit tribaux qui pourraient entrainer dans le pays un scénario semblable à celui de la Somalie malgré l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu d’une semaine.

Cette trêve vise à permettre l’acheminement de l’aide humanitaire dont les civils ont désespérément besoin et le rétablissement des services essentiels.

Lors d’un conseil de sécurité des Nations Unies fin avril l’envoyé de l’ONU au Soudan, Volker Perthes, a signalé l’armement de civils au Darfour occidental et des affrontements entre les communautés Hausa et Funi dans l’Etat du Nil Bleu.

« Je crains un scénario semblable à celui de la Somalie, car les gens se tournent désormais vers le racisme et le tribalisme. Heureusement, l’armée tente de préserver son unité et l’unité du pays, et j’espère qu’elle continuera sur cette voie car nous sommes confrontés à de nombreux conflits tribaux aujourd’hui, en particulier dans un pays divisé en centaines de tribus, de races et de dialectes, » explique Yasser Abd El Aziz, employé de Shendi.

Les combats opposent l’armée, dirigée par Abdel Fattah al-Burhan, aux forces paramilitaires de soutien rapide de son ancien adjoint, Mohamed Hamdan Daglo depuis le 15 avril dernier.

« Je pense que la victoire reviendra à celui qui aura la plus grande endurance, qui possédera des véhicules blindés, qui contrôlera l’air, qui possédera l’artillerie lourde et qui contrôlera les camps, » partage Mohamed El Shambly, marchand de Shendi.

L’arrêt des combats tant attendu par les habitants de Khartoum permettrait à un plus grand nombre d’entre eux de fuir la ville.

Les combats ont déjà fait près de 1 000 morts, provoqué des évacuations massives d’étrangers et forcé plus d’un million de personnes à fuir leurs maisons à l’intérieur du pays et au-delà des frontières.

Avant le début de la guerre, il n’y avait pas eu de signaux sur le terrain indiquant que la dernière trêve serait respectée.

Volker Perthes, l’envoyé de l’ONU au Soudan, a déclaré lundi au Conseil de sécurité que « les combats et les mouvements de troupes se poursuivent encore aujourd’hui, malgré l’engagement pris par les deux parties de ne pas chercher à obtenir un avantage militaire avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. »

Les États-Unis et l’Arabie saoudite ont déclaré que cet accord était différent car le document de sept pages était « signé par les parties » et serait soutenu par le mécanisme de surveillance, un comité composé de trois membres chacun, à savoir les États-Unis, l’Arabie saoudite, l’armée et RSF.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *