• 28 mai 2024 22h49

Actualités et informations en temps réel

Coupe du monde de rugby : une cérémonie d’ouverture grandiose

ByECHOS DU MONDE

Sep 8, 2023

Au moment de prononcer son discours d’ouverture, Emmanuel Macron a été brièvement sifflé par une partie du public présent au Stade de France.

La France lance vendredi sa Coupe du monde, avec un match immense face à la Nouvelle-Zélande , nation reine du rugby, coup d’envoi d’une longue compétition organisée à un moins d’un an des JO de 2024. Après une cérémonie d’ouverture au son des flonflons, viendra le haka avant un combat des chefs, dans la chaleur étouffante du Stade de France.

Les Bleus sont en quête de leur premier sacre mondial et les All Blacks sont triples champions du monde (1987, 2011, 2015). Le tournoi durera huit semaines, dans neuf villes, et décidera au terme de la finale du 28 octobre du successeur de l’Afrique du Sud.

Preuve que ce match inaugural lance une véritable fête du rugby, il y avait plus que des maillots bleus ou noirs aux alentours du Stade de France. Ici des tricots des Springboks sud-africains, là ceux des Pumas argentins. Tout un camaïeu s’alimentant auprès d’hommes équipés de sac à dos distributeur de bière, façon Ghostbuster, sur le parvis de l’enceinte dyonisienne au milieu de nombreux gendarmes mobiles.

Plusieurs prétendants au trophée Webb Ellis
Des gendarmes mobiles ont également escorté le car du XV de France de son camp de base de Reuil-Malmaison, fendant les encombrements, jusqu’au Stade de France où il s’est engouffré à 19h40 précise, suivi par celui des All Blacks un quart d’heure plus tard, à 19h55.

Sur les 20 équipes réparties en quatre groupes, une poignée est en mesure de prétendre à la coupe Webb Ellis amenée par la légende du jeu, le Sud-Africain Bryan Habana, champion du monde en 2008.

Outre les deux protagonistes du match d’ouverture, les n°1 mondiaux irlandais et les tenants du titre sud-africains émargent en favoris. Avec comme outsiders possibles les Argentins, qui disposent d’un tableau très ouvert, ou les Écossais.

D’autres nations historiques, l’Angleterre, le pays de Galles ou encore l’Australie, semblent cette fois un voire plusieurs crans en dessous.

L’art de vivre à la française célébré
Avant les discours d’Emmanuel Macron et du président de World rugby Sir Bill Beaumont, la cérémonie entend, selon les organisateurs, célébrer « l’art de vivre à la française », à travers le voyage du personnage interprété par l’acteur Jean Dujardin entouré d’invités du monde du cinéma, de la musique ou encore de la gastronomie .

Une partie du public du Stade de France a sifflé le président français durant son discours d’ouverture. Des « Allez les Bleus » sont également descendus des gradins quand le président français a fait applaudir « toutes les équipes » et quand il a appelé de ses voeux une victoire des hôtes de ce Mondial qui durera huit semaines avant de livrer son verdict le 28 octobre.

L’autre casting de ce Mondial, celui des joueurs, le plus important, est sublime : Antoine Dupont, Beauden Barrett, Jonathan Sexton, Finn Russell, Cheslin Kolbe, Maro Itoje, Semi Radradra… les meilleurs rugbymen de la planète sont quasiment tous là.

La compétition, que quatre nations seulement (Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Australie, Angleterre) ont remportée depuis sa création en 1987, démarre en trombe avec ce duel au parfum de finale.

La rencontre s’annonce donc brûlante. À tous les sens du terme puisqu’une partie de la France – dont Paris – subit une canicule historique : il fait plus de 30 degrés à une heure du coup d’envoi.

Ce sera encore pire durant les matches diurnes du week-end, à Bordeaux, Marseille, Saint-Etienne et Toulouse avec notamment Angleterre-Argentine et Irlande-Roumanie samedi et Afrique du Sud-Écosse dimanche. Ainsi, des « pauses fraîcheur » durant chacune des deux mi-temps ont été décrétées pendant ces rencontres par World Rugby, comme en 2019 lors du précédent Mondial au Japon.

Pour le reste, « c’est la Coupe du monde la plus ouverte de l’histoire », a commenté le troisième ligne sud-africain Duane Vermeulen, champion du monde en titre.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *