• 29 mai 2024 10h06

Actualités et informations en temps réel

Côte d’Ivoire : le parti de Laurent Gbagbo dénonce sa radiation de la liste électorale

ByECHOS DU MONDE

Mai 21, 2023

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, toujours radié de la liste électorale publiée samedi, ne pourra pas voter aux élections locales prévues le 2 septembre, une décision qualifiée de « provocation inacceptable » par son parti.
Si M. Gbagbo a été acquitté par la justice internationale de crimes contre l’humanité commis lors de la sanglante crise post-électorale de 2010-2011, il reste sous le coup d’une condamnation à 20 ans de prison en Côte d’Ivoire pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en 2011.

Cette condamnation, prononcée en 2018 alors qu’il était emprisonné à la Haye, avait entraîné la déchéance de ses droits civiques et politiques et donc sa radiation des listes électorales.

Et la grâce accordée par le président Alassane Ouattara l’an dernier dans cette affaire ne change pas ce statut.

Samedi, lors de la publication de la liste électorale à Abidjan, Sébastien Dano Djédjé, un cadre du Parti des peuple africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), la formation de M. Gbagbo, a dénoncé une décision « injuste ».

« Cela remet en cause la crédibilité de la Commission électorale indépendante (CEI). Le processus électoral perd de sa crédibilité », a-t-il ajouté, avant de quitter la cérémonie avec la délégation du parti.

« On ne s’acharne pas sur Laurent Gbagbo. Il y a une décision de justice qui n’est pas l’oeuvre de la CEI. La CEI ne fait qu’exécuter ce que la loi dit », a répondu le président de la commission, Kuibiert Coulibaly, précisant que « 11.000 personnes » étaient déchues de leurs droits civiques et politiques.

Retour des tensions
Samedi après-midi, le PPA-CI a tenu une conférence de presse pour dénoncer une « provocation inacceptable ».

« Un tel entêtement de la part du régime ivoirien fait courir de graves risques à la paix et à la cohésion sociale », a lancé Justin Koné Katinan, porte-parole du parti de M. Gbagbo.

Cette non-inscription sur la liste électorale « constitue un casus belli », a-t-il ajouté.

Le PPA-CI s’appuie notamment sur une décision de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples qui avait ordonné en 2020 la réintégration de l’ex-président ivoirien sur la liste électorale.

Les instances du parti vont se réunir prochainement pour étudier d’éventuels recours. Des réclamations peuvent être faites auprès de la CEI jusqu’au 8 juin prochain.

Après la présidentielle de 2020 qui avait vu la réélection d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat controversé et où des violences avaient fait 85 morts et 500 blessés, la Côte d’Ivoire a connu une période d’apaisement du climat politique.

Les législatives de 2021 se sont tenues dans le calme et l’ancien président Laurent Gbagbo avait pu rentrer en Côte d’Ivoire en juin 2021, après son acquittement par la CPI. A deux reprises, il avait même rencontré le président Ouattara pour « décrisper le climat » politique ivoirien.

Mais ces dernières semaines ont été marquées par des tensions entre les deux camps opposés lors de la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3.000 morts.

Le PPA-CI a notamment accusé le pouvoir « d’instrumentaliser la justice » après l’arrestation en février de 26 de ses militants pour « trouble à l’ordre public » en marge d’une manifestation à Abidjan.

Condamnés en première instance à deux ans de prison ferme, ils ont écopé de deux ans avec sursis en appel.

Quelque huit millions d’électeurs sont appelés aux urnes le 2 septembre prochain en Côte d’Ivoire pour renouveler les conseils municipaux et régionaux.

La prochaine présidentielle doit quant à elle se tenir en 2025.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *