• 29 mai 2024 11h26

Actualités et informations en temps réel

Centrafrique : un ancien chef rebelle inculpé de crimes contre l’humanité

ByECHOS DU MONDE

Sep 8, 2023

Un ex-chef rebelle a été inculpé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre par la Cour pénale spéciale (CPS) chargée de juger les crimes commis pendant la guerre civile en Centrafrique jeudi, a indiqué la CPS.

La Centrafrique, deuxième pays le moins développé au monde selon l’ONU, avait été plongée en 2013 dans une guerre civile très meurtrière, après qu’une coalition rebelle à majorité musulmane, la Séléka, eut renversé le président François Bozizé, dans un pays qui essuie encore des violences dans certaines parties du territoire.

Abdoulaye Hissène, ancien chef du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FRPC), une faction de l’ex-rébellion Séléka, a été arrêté lundi et est détenu depuis, a indiqué une source à la CPS sous couvert de l’anonymat.

En 2022, il avait annoncé quitter le mouvement armé lors d’un dialogue de réconciliation à l’initiative du président de la Centrafrique, Faustin Archange Touadéra, en l’absence des groupes armés ni de l’opposition.

Il a comparu jeudi devant la CPS qui l’a inculpé de « plusieurs crimes contre l’humanité et crimes de guerre, commis sur le territoire de la République centrafricaine (RCA), courant 2017, en sa qualité de leader » du FRPC, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

M. Hissène est visé par des sanctions de l’ONU depuis 2017 pour sa participation à des actes portant « atteinte à la paix, à la stabilité ou à la sécurité de la République Centrafricaine », et à des « attaques » notamment contre la MINUSCA (la force de l’ONU dans le pays, ndlr), les missions de l’Union européenne et les opérations françaises qui les soutiennent, précise l’ONU.

La CPS a été créée en 2015 par le gouvernement centrafricain sous le parrainage de l’ONU. Ce tribunal hybride, composé de magistrats locaux et internationaux, notamment de juges et de procureurs originaires de France, du Togo, et de République démocratique du Congo (RDC), juge les crimes de guerre et contre l’Humanité commis depuis 2003 dans le pays.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *