• 28 mai 2024 22h31

Actualités et informations en temps réel

Afrique du Sud : le nouveau parti de Zuma soupçonné de fraude

ByECHOS DU MONDE

Mai 1, 2024

La police sud-africaine enquêtait mardi pour savoir si le nouveau parti politique de l’ancien président Jacob Zuma avait falsifié les signatures de ses partisans pour s’inscrire aux élections nationales du mois prochain.

Le parti MK, qui s’est montré très critique à l’égard du Congrès national africain (ANC) qu’il dirigeait, est impliqué dans des procédures judiciaires visant à déterminer si ce parti et M. Zuma peuvent se présenter aux élections nationales et provinciales du 29 mai. Ces élections pourraient être les plus importantes de ces 30 dernières années en Afrique du Sud.

L’année dernière, le parti MK a vu son inscription rejetée par la commission électorale indépendante, avant qu’une deuxième tentative ne soit couronnée de succès. M. Zuma a été déclaré inéligible au Parlement en raison de sa condamnation pénale pour outrage au tribunal et de sa peine de prison en 2021, mais son appel a été accepté et une décision finale de la Cour constitutionnelle sera rendue le mois prochain.

La nouvelle enquête sur le parti MK est intervenue après qu’un journal national ait rapporté dimanche qu’un ancien responsable du parti avait déclaré à la police qu’il y avait eu un plan élaboré pour falsifier une partie des 15 000 signatures requises pour que les partis puissent s’inscrire aux élections.

La Commission électorale indépendante a demandé l’ouverture d’une enquête et le commissaire de la police nationale, le général Fannie Masemola, a déclaré mardi qu’une enquête avait été ouverte au Cap, où la falsification aurait eu lieu. Masemola a déclaré que l’enquête permettrait d’établir s’il y a lieu d’engager des poursuites.

M. Zuma a bouleversé la politique sud-africaine lorsqu’il a annoncé en décembre qu’il rejoignait le parti MK en tant que dirigeant de facto et qu’il ferait campagne contre l’ANC, qu’il a dirigé de 2007 à 2017. M. Zuma a été président de l’Afrique du Sud de 2009 à 2018, mais il a été contraint de démissionner par l’ANC à la suite d’allégations de corruption.

M. Zuma est accusé d’avoir supervisé une période de corruption rampante de la part de certains hauts fonctionnaires de l’ANC et du gouvernement dans l’économie la plus développée d’Afrique. Il est actuellement jugé pour corruption, bien que cette affaire soit bloquée depuis trois ans par des retards judiciaires.

Depuis sa démission, il a violemment critiqué le président Cyril Ramaphosa, son successeur à la tête du pays et de l’ANC.

Les élections du mois prochain pourraient être les plus importantes depuis l’arrivée au pouvoir de l’ANC à la fin du système de ségrégation raciale de l’apartheid en 1994. De nombreux sondages et analystes prédisent que l’ANC pourrait perdre sa majorité parlementaire pour la première fois, en raison d’un mécontentement croissant, et être contraint de former une coalition pour rester au pouvoir.

Malgré ses démêlés avec la justice, Zuma reste populaire dans certaines régions d’Afrique du Sud et son nouveau parti MK devrait prendre une partie des voix de l’ANC s’il est autorisé à se présenter après les nouvelles allégations dont il fait l’objet.

Le parti MK sera probablement disqualifié des élections s’il s’avère qu’il a falsifié des signatures.

Ali Bamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *