• 23 février 2024 18h09

Actualités et informations en temps réel

 Afrique du Sud : le compositeur Ngema tué dans un accident de la route

ByECHOS DU MONDE

Déc 28, 2023

Mbongeni Ngema, auteur de la comédie musicale « Sarafina » sur les révoltes estudiantines dans le Soweto de l’apartheid, est mort mercredi dans un accident de la route à l’âge de 68 ans, a annoncé sa famille.

« C’est d’un cœur lourd que nous annonçons la mort brutale de notre bien aimé frère, père, époux et compatriote, Mbongeni Ngema », a annoncé la famille dans un communiqué, précisant qu’il avait été tué dans une collision frontale alors qu’il revenait d’obsèques dans la province orientale du Cap.

« Sarafina » avait fait de Ngema une star panafricaine de la musique et la version scénique avait tenu l’affiche deux ans à Broadway.

Whoopi Goldberg joue notamment dans l’adaptation cinématographique de Sarafina, qui avait fortement impressionné au Festival de Cannes en 1992, l’année de sa sortie, et fut à nouveau projeté lors de la dernière édition.

Apartheid

« Sarafina » raconte l’histoire d’une jeune étudiante qui a inspiré ses camarades à lutter contre la ségrégation raciale dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, après que son professeur a été jeté en prison.

L’apartheid était un système institutionnalisé qui discriminait les non-Blancs et garantissait que l’Afrique du Sud soit gouvernée par la minorité blanche de 1948 jusqu’au début des années 1990.

L’œuvre de Ngema comprend la production théâtrale Woza Albert, qui a été présentée pour la première fois en 1981 et qui a remporté plus de 20 prix dans le monde entier. Cette satire politique explorait la seconde venue de Jésus-Christ en tant qu’homme noir, revenant en Afrique du Sud en tant qu’homme noir.

Hommages

Les hommages au célèbre dramaturge ont afflué. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a fait l’éloge de feu Ngema dans une déclaration.

« Les nombreuses productions qu’il a créées ou auxquelles il a contribué ont inspiré la résilience et la fierté de nos compatriotes sud-africains et ont amené l’Afrique du Sud et notre continent dans les théâtres, les foyers et la conscience de millions de personnes à travers le monde », a déclaré M. Ramaphosa jeudi.

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), et l’un de ses principaux rivaux, le parti de gauche des Combattants pour la liberté économique, ont tous deux présenté leurs condoléances.

L’ANC a déclaré dans un communiqué : « Il était un dramaturge, un compositeur et un producteur de renommée mondiale. Nous avons perdu une véritable légende, un doyen et un véritable ambassadeur du théâtre ».

Le parti de gauche l’a décrit comme « plus qu’un simple artiste, il était une icône culturelle et une lueur d’espoir pendant certaines de nos périodes les plus sombres ».

Zizi Kodwa, ministre sud-africain des Sports, des Arts et de la Culture, a déclaré dans un tweet que la perte de M. Negma était importante pour la scène artistique sud-africaine, ajoutant que son travail « touchait et émouvait les publics du monde entier et contribuait de manière importante à raconter l’histoire de l’Afrique du Sud ».

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *