• 28 mai 2024 22h33

Actualités et informations en temps réel

Afrique du Sud : 30 ans après l’apartheid, un bilan en demi-teinte

ByECHOS DU MONDE

Avr 29, 2024

L’Afrique du Sud a marqué les 30 ans depuis la fin de l’apartheid et la naissance de sa démocratie par une cérémonie dans la capitale samedi, comprenant une salve de 21 coups de canon et le déploiement du drapeau multicolore du pays.

Mais tout sentiment de célébration lors de cet anniversaire historique s’est confronté à un mécontentement croissant envers le gouvernement actuel.

Le président Cyril Ramaphosa a présidé l’événement dans une grande tente blanche dans les jardins des bâtiments gouvernementaux à Pretoria en tant que chef de l’État.

Il a également pris la parole en tant que dirigeant du parti Congrès national africain (ANC), largement crédité d’avoir libéré la majorité noire d’Afrique du Sud du système raciste d’oppression qui a fait du pays un paria pendant près d’un demi-siècle.

L’ANC est au pouvoir depuis les premières élections démocratiques de tous les groupes raciaux le 27 avril 1994, le vote qui a officiellement mis fin à l’apartheid.

Mais cette journée de la Liberté est survenue sur un fond poignant : Les analystes et les sondages prédisent que la popularité en déclin du parti autrefois dirigé par Nelson Mandela risque de le voir perdre sa majorité parlementaire pour la première fois, alors qu’une nouvelle génération de Sud-Africains fait entendre sa voix dans ce qui pourrait être les élections les plus importantes depuis 1994 le mois prochain.

« Peu de jours dans la vie de notre nation peuvent être comparés à ce jour, quand la liberté est née », a déclaré Ramaphosa dans un discours centré sur la nostalgie de 1994, lorsque les Noirs ont été autorisés à voter pour la première fois, l’ANC autrefois interdit a balayé au pouvoir, et Mandela est devenu le premier président noir du pays. « L’Afrique du Sud a changé pour toujours. Cela a signalé un nouveau chapitre dans l’histoire de notre nation, un moment qui a résonné à travers l’Afrique et dans le monde entier ».

« Ce jour-là, la dignité de tous les habitants de l’Afrique du Sud a été restaurée », a ajouté Ramaphosa.

Ramaphosa, qui se tenait devant une banderole portant le mot « Liberté », a également reconnu les principaux problèmes de l’Afrique du Sud trois décennies plus tard, avec une pauvreté et des inégalités importantes, des problèmes qui seront une fois de plus au centre des préoccupations lorsque des millions de personnes voteront le 29 mai. Ramaphosa a admis qu’il y avait eu des « revers ».

Les élections de 1994 ont transformé l’Afrique du Sud au moment où les Noirs et les autres personnes non blanches se voyaient refuser la plupart des libertés fondamentales, pas seulement le droit de vote. Des lois contrôlaient où ils vivaient, où ils étaient autorisés à aller chaque jour, et quels emplois ils pouvaient avoir.

Après la fin de l’apartheid, une Constitution a été adoptée garantissant les droits de tous les Sud-Africains, quelle que soit leur race, religion, sexe ou orientation sexuelle.

Mais cela n’a pas significativement amélioré la vie de millions de personnes, la majorité noire de l’Afrique du Sud, qui représente plus de 80% de la population de 62 millions d’habitants, étant toujours fortement touchée par une pauvreté sévère.

Le taux de chômage officiel est de 32%, le plus élevé au monde, et de plus de 60% pour les jeunes de 15 à 24 ans. Plus de 16 millions de Sud-Africains – soit 25% du pays – dépendent des allocations mensuelles pour survivre.

L’Afrique du Sud reste le pays le plus inégalitaire au monde en termes de répartition des richesses, selon la Banque mondiale, la race étant un facteur clé.

Alors que les séquelles de l’apartheid restent difficiles à effacer, l’ANC est de plus en plus blâmé pour les problèmes actuels de l’Afrique du Sud.

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *